Une étude confirme les effets bénéfiques du cannabis

Publié le 06/09/2010 à 19:39 par Le Point.fr, écrit par Anne Jeanblanc

L’emploi du cannabis pour un usage thérapeutique suscite toujours bien des polémiques. Pourtant, ses effets analgésiques sont connus depuis longtemps. Les cannabinoïdes oraux, comme le tétrahydrocannabinol (THC), seuls ou en association, ont montré une efficacité contre des douleurs neuropathiques, la polyarthrite rhumatoïde et la fibromyalgie. Un dérivé du cannabis (le Sativex*) est même homologué dans certains pays. Et une nouvelle étude vient confirmer les effets bénéfiques du cannabis dans les douleurs chroniques.

Ces douleurs, dues à des lésions ou à des dysfonctionnements du système nerveux central, sont très difficiles à soulager. Les traitements proposés – opioïdes, anti-épileptiques, antidépresseurs et anesthésiques locaux – ont une efficacité variable et de nombreux effets secondaires. Selon Mark Ware de l’université McGill à Montréal et ses collègues, cela explique pourquoi 10 à 15 % des patients souffrant de douleurs chroniques non cancéreuses et de sclérose en plaques fument du cannabis. Ces chercheurs ont mené un essai avec quatre puissances de THC (0 %, 2,5 %, 6 % et 9,4 %) testées sur quatre périodes de 14 jours auprès de 23 personnes ayant des douleurs neuropathiques post-traumatiques ou post-chirurgicales.

Résultat : ceux qui ont reçu du THC à 9,4 % se sont endormis plus facilement, plus vite, plus profondément, et la qualité de leur sommeil était la meilleure. Ils étaient moins anxieux et moins dépressifs que les autres. Côté effets secondaires, les plus fréquents étaient des maux de tête, une sécheresse des yeux, une sensation de brûlure dans des zones de douleur neuropathique, des évanouissements, des engourdissements et de la toux. Une euphorie a été notée 3 fois après la première dose d’un cycle, mais la quantité n’était pas suffisante pour induire l’effet recherché lors d’un usage récréatif, précisent les chercheurs dont les travaux ont été financés par le Canadian Institutes of Health Research. Ils recommandent de poursuivre les études.

Pour lire la suite, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *