Témoignage de Fabien, patient français qui souhaite se soigner dans la légalité

Asso UFCM Bulletins août 8, 2014

Madame, Monsieur, Bonjour,

J’écris ce texte dans le but de faire ouvrir les yeux sur les décideurs, les politiciens, les lobbys pharmaceutiques et exposer mon problème en espérant pour une fois être compris !

Tout d’abord, je me présente :

Je m’appelle Fabien, je suis âgé de 33 ans, et je vis dans le nord de la France. Je mène une vie quasiment paisible, avec ma compagne, mon chien, et Mes problèmes de dos. Des problèmes de dos me direz vous, comme tout le monde de nos jours m’a ton dit très récemment comme je vais vous l’expliquer.

Au niveau professionnel, je suis informaticien, spécialiste en réseau … un travail que j’adore mais que je ne peux plus exercer, ce qui me prive de revenus, cela cause de Mes problèmes de dos…

Niveau relationnel, quelques connaissances, des amis loin géographiquement, ma compagne, mon chien, et Mes problèmes de dos.

La, vous vous dites, mais quels sont ses problèmes de dos ?

Au fil d’une vie passée à bosser depuis l’âge de 17 ans et même avant, dès l’âge de 12 ans, des maux de dos et des douleurs intracrâniennes, mise sur le dos de ma croissance et de problèmes de vue, me forçaient a prendre des antalgiques ainsi que des décontractants musculaires (Diantalvic et Dextropropoxyphène, interdits à ce jours car considérés comme dangereux par l’EMA).

A l’âge de 15 ans, comme beaucoup de personnes a l’époque j’ai été vacciné contre l’hépatite B avec le vaccin GenhevacB.

Quelques mois plus tard, j’ai fait une angine blanche en parallèle d’une mononucléose infectieuse aigue sévère.

Puis un jour, « j’ai eu un flash » pourrais-je dire… comme une décharge électrique du haut du crane, jusqu’au bout des orteils du coté gauche. Le soir même j’étais hospitalisé en urgence pour hémiplégie foudroyante, et insensibilité totale de l’hémisphère corporel gauche. Durant les quelques mois d’hospitalisation, les médecins parlèrent de diverses maladies graves, dont une méningite… ponction lombaire, examens en grands nombres, médicaments à gogo, sans qu’aucun résultat ne soit trouvé.

Au bout d’un certain temps « J’ai RE eu un flash » !!! idem, dans tout l’hémisphère gauche. Quelques jours plus tard je sortis de l’hôpital, sans qu’aucune explication nepuisse être fournie.

Directement après, pour ne pas « sombrer » moralement, je me mis sans modération dans le sport, ratant mes études, mais réalisant de bons résultats sportifs tout en apprenant à gérer le ressenti de douleurs permanentes. Simultanément, j’étais suivi pour des problèmes de lombalgies aigues chroniques, et de « torticolis » a répétition.

N’ayant pas eu de diplôme, j’ai travaillé pendant quelques temps dans la vente, sportwears, vidéo/dvd, puis je suis partis dans l’armée pendant quelques années.

J’ai adoré ces années, malgré j’ai pu voir ou faire des choses qui je l’avoue ne sont pas très respectables au commun des mortels. Mais je l’assume.

J’étais affecté dans une unité combattante opérationnelle. Lors d’un stage de perfectionnement de pilotage de blindé, je suis tombé à plat dos d’un char d’artillerie AMX 30 AUF1.

Le sol de réception était un peu « rugueux », constitué de rocaille. Plus solide que mon dos en tout cas. Donc je suis tombé, souffle coupé, désorienté, une douleur foudroyante dans le thorax, mais par fierté, j’ai récupérer en vitesse tant bien que mal, et je suis remonter sur le blindé.

2 jours plus tard, en permission, réveiller en pleine nuit par un « poignard » dans le thorax, mode « guerrier », redescente en unité et le lendemain, visite infirmerie, urgence du Laveran a Marseille, ou ils ont diagnostiqué un « léger » pneumothorax et une suspicion de fracture d’une vertèbre, puis repos 1 mois et retour opérationnel prévu… mais un « cassage moral » de la hiérarchie faisant, je rompis mon contrat pour cause de santé. et retournai à la vie civile.

La santé revint a peu près, le moral aussi et pendant quelques années, mises à part des douleurs permanentes, rien a signaler de grave, puis…

Deux accident de voiture en 1 semaine…

Le premier, a bord d’un fourgon utilitaire surchargé, a la demande de la direction, je me suis fais serrer sur la droite de la route par un camion , qui m’a littéralement fermé la route, me donnant le choix entre ses roues ou la barrière de sécurité, et je fus stoppé net. La ceinture m’a sauvé la vie, oui, mais elle m’a provoqué un enfoncement de la cage thoracique.

Le second, une semaine plus tard, encore mieux, j’étais juste assis sur un parking, entrain de manger, lorsqu’une camionnette m’a percuté par le coté gauche à 50 km/h.

Le choc latéral m’a secoué et tiré sur les cervicales, mais sans plus.

Je précise que ces 2 accidents ont eu lieu sans que je ne soit ni responsable, ni sous emprise d’une conduite alcoolique, ni sous l’emprise de stupéfiants.

D’ailleurs je ne consomme pas une seule goutte d’alcool.

J’ai travaillé pendant des années dans l’informatique, pour de grands groupes, et je dois bien le dire, mon cv est plutôt conséquent.

Durant tout ce temps, je ne me suis pas soucié plus que ca de mon dos, supportant les douleurs, en étant suivi régulièrement pour lombalgie chronique, lumbago, sciatalgie aigue, migraines ophtalmiques et des problèmes a l’estomac. Les médicaments anti douleur attaquaient les parois de l’estomac, alors que j’évitais déjà de les prendre, à cause de ces douleurs stomacales, et des effets secondaires combinés de médicaments comme le Diantalvic, Myolastan, Codéine, Lamaline, tramadol et morphine suivant que certains se soit vu interdire par les autorités.

Et malgré tout cela, les douleurs sont toujours la !

Il y a quelques mois, n’y tenant plus, j’ai pris une décision qui allait me changer la vie, mais je ne pensais pas en être arrivé à ce point la.

En, effet, des examens montrent des soucis qui n’avaient pas été décelé jusqu’à présent. Lors d’une série complète de radio du rachis dorsal et dorsolombaire, la suspicion de fracture d’une vertèbre s’est confirmée, ainsi que des lésions sur 2 disques cervicaux, et un problème lombaire, qui n’a a ce jour toujours pas de nom réel à part « dimension canalaires basse avec étroitesse des pédicules » se contentant de me bloquer la partie inférieure du tronc, le rendant immobile et insensible par moment. Fait constaté très récemment en milieu médical hospitalier d’urgence.

Mon médecin traitant m’a prescrit des analyses de sang complètes récemment, suite a la découverte sur les radios du dos de « points brillants », faisant penser a des plombs de chevrotine, en divers endroits. Il m’a également prescrit mon traitement antidouleur tramadol, aux doses nécessaires donc élevées, et du Miansérine, sensé m’aider a me reposer et me détendre, car il m’est impossible de dormir correctement à cause des douleurs. J’ai commencé le traitement Lundi, et je l’ai continué Mardi. Je ne l’ai pas pris Mercredi. A quelques minutes près, il aurait pu me tuer…

Depuis lundi soir après la prise, je me sentais nauséeux, désorienté, et agressif sans raison.

Mardi, en début de soirée, une montée de chaleur intense dans le corps, un mal de crane intense, combattu en faisant fondre des glaçons sur le corps.

Mercredi matin, très énervé, irritable et terrible douleurs abdominales.

Mercredi après midi, après un trajet en voiture de 20 minutes sur autoroute avec une étrange sensation de vertige, j’ai fait une pause, et un malaise m’a pris, me faisant perdre l’équilibre, provoquant une suée intense, des difficultés respiratoires passagères ainsi qu’un début de migraine ophtalmique. Ce qui me valu de devoir faire appel aux pompiers.

Lors du transport au service des urgences, les pompiers m’ont sanglé les jambes sur le brancard, m’empêchant de les bouger.

Arrivé a l’hôpital, on m’a installé sur un autre brancard et mis en attente dans un box durant 2 heures.

Etant sous monitoring, il m’était impossible de bouger à ma convenance, ce qui a provoqué un blocage au niveau de la région sacro-lombaire.

Apres le seuil de la douleur (10 sur 10 sur l’échelle de la douleur), vient le seuil de l’insensibilité….

Cela se produit habituellement en 15 minutes.

L’interne a « fait son travail », étant la pour un malaise, il a constaté que cela allait mieux et a quand même ausculter les jambes. Pas de réponse de la jambe gauche au test douleur, et très peu de réaction de la droite. Je lui ai ensuite expliqué ma pathologie, il m’a aidé a bouger et a voulu me mettre uniquement sous perfusion antalgique avant de me laisser partir. j’ai refuser la perfusion de peur de ne souffrir encore pour rien.

Au vu des symptômes dont j’étais victime, des examens complémentaires aurait pu être prescrit mais rien n’en fut.

Depuis des années, je souffre, je sais ce qu’endurer veut dire, et je ne le dois pas aux médecins, pas aux médicaments chimique, pas aux bien pensants de nos systèmes de vie, ou certaines plantes sont interdites, ou des boissons alcoolisées sont légales et mortelles, pourtant, malgré les lois, malgré les interdits, la seule médications efficaces contre mes douleurs, qu’elle sois dorsales, articulaires, ophtalmique reste le CANNABIS.

Je le reconnais, c’est illégal ! je l’assume !

Je suis quelqu’un de raisonnable, je n’ai jamais fais de mélanges médicaments/Cannabis.

J’alternais jusque très récemment.

Mais ma décision est prise, après des années de réflexions, des années de souffrances, des années d’incompréhension, des années d’illégalité, je me lance, je demande de l’aide. je réfléchis également a monter une action contre l’état au vu droit du citoyen européen.

Je certifie sur mon honneur que tout cela est strictement véridique, témoignages, certificats et examens médicaux à l’appui.

Je me permets de demander de l’aide, afin me soigner dans la légalité.

Je n’ai pas réellement d’autres alternatives, pour vivre sereinement une vie ou je me vois contraint de déposer un dossier de demande de reconnaissance de handicap.

Merci de votre compréhension et de votre intérêt.

Sincèrement,
Fabien B.

2 thoughts on “Témoignage de Fabien, patient français qui souhaite se soigner dans la légalité

  1. John

    Merci pour votre témoignage et avez trouver une solution a notre problème ?
    Merci
    Bien a vous

  2. Williams Gamblin

    J ai lu votre histoire qui m a particulièrement touché j aimerai vous demander si aujourd’hui vous allez mieux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *