Le gène CB1 endocannabinoïde, diabète de type 2 et la maladie coronarienne.

Des variantes au niveau du récepteur CB1 Gene endocannabinoïde (CNR1) et sensibilité à l’insuline, diabète de type 2, et la maladie coronarienne.

de Miguel-Yanes JM , Manning AK , P Shrader , JB McAteer , Goel A , Hamsten A ; au nom de PROCARDIS , CS Fox , Florez JC , J Dupuis , JB Meigs .

Pour voir l’article, cliquez ici

Disclaimer : traduction automatique du résumé de l’article. Si vous souhaitez effectuer une meilleure traduction, n’hésitez pas à nous l’envoyer sur cette adresse : edito [at] ufcmed.org

Résumé

L’inhibition du récepteur CB1 des cannabinoïdes endogènes améliore la sensibilité à l’insuline, abaisse la glycémie, et ralentit l’athérosclérose. Nous avons analysé si les variants communs dans le codage du gène CB1, CNR1, sont associés à l’insulino-résistance, le risque de diabète de type 2 (DT2) ou d’une maladie coronarienne (CHD). Nous avons étudié 2.411 participants de la Framingham Offspring Study (âge moyen 60 ans, 52% de femmes) pour des caractères quantitatifs et les maladies coronariennes, et la base de données de Framingham SHARE pour risque de DT2. Nous avons génotypé 19 polymorphismes de nucléotides simples (SNP), qui a ajouté 85% (en r (2) = 0,8) de la commune (> 5%) CNR1 SNP. Glycémie à jeun et de l’insuline à la 7e (1999-2001) l’examen ont été recueillies. Nous avons utilisé l’âge, le sexe, l’IMC-modèles ajustés pour tester les associations additif du génotype de l’évaluation au modèle d’homéostasie de résistance à l’insuline (HOMA (IR)) (modèles linéaires à effets mixtes), diabète de type 2, ou CHD. Pour tenir compte de multiples tests de SNP, nous avons généré des valeurs empiriques P. L’allèle C au SNP rs806365 (fréquence, 57,4%), ~ 4,1 kb en 3 ‘de CNR1, a été associée à une augmentation HOMA (IR) (n = 2.261, β = 0,05 pour C, empiriques P = 0,01), le risque de diabète de type 2 ( 674 cas, odds ratio = 1,19 pour C, nominale P = 0,01) et les maladies coronariennes (237 cas, hazard ratio = 1,23 pour C, nominale P = 0,04). L’association de rs806365 avec HOMA (IR) a été reproduit dans une méta-analyse de deux cohortes indépendantes (National Health and Nutrition Examination Survey III cohorte génétiques (NHANES III) et Partenaires cas-témoins Diabetes Study; 2.540 personnes de race blanche, β = 0,037 , nominale P = 0,007), mais pas dans les grandes méta-analyses de glucose et d’insuline traits liés Consortium (MAGIC) Consortium (n = 29.248, P nominale = 0,74). L’association de rs806365 n’a pas été répliquées avec le DT2 dans le diabète de réplication génétique et méta-analyse (diagramme) (n = 10.128, P nominale = 0,31), ou d’une cardiopathie congénitale dans PROCARDIS (n = 13.614, P nominale = 0,37). Bien que soutenu par les premiers résultats, nous n’avons trouvé aucune association reproductibles statistique de la variation commune à CNR1 avec résistance à l’insuline, diabète de type 2, ou CHD.

2 thoughts on “Le gène CB1 endocannabinoïde, diabète de type 2 et la maladie coronarienne.

  1. Vincent

    Bonjour je m’appelle Vincent et je suis diabétique de type 2 et je cherche une variété de plante efficace pour le diabète merci d’avance pour les renseignements

    • Jacques Leca

      Bonjour Vincent,

      Dans l’article ci-dessus il est indiqué que le blocage du récepteur CB1 engendre une amélioration de la sensibilité à l’insuline donc une baisse de la glycémie. Des études montrent que le CBD (Cannabidiol) un composant non-psychoactif du cannabis est un bloqueur de ce récepteur. De plus, un autre composant du cannabis tel le CBG (Cannabigerol) semble également avoir les mêmes effets de blocage. Dans n’importe quelle variété de cannabis vous trouverez ces composants faisant parti intégral des plants de cannabis. Par ailleurs, vous pouvez tenter l’utilisation d’extrait de CBD pour votre insulinémie et vos douleurs. Vous trouverez des extraits de CBD sur ce site : http://www.alpha-cat.org/potency-tested-cbd-products/

      Je vous conseille de consulter votre médecin par rapport à l’utilisation d’extrait de CBD ou de la plante en elle-même avec votre traitement actuel.

      Je me permet de vous rappeler que si vous décidez de vous procurer du cannabis même dans un cadre thérapeutique, son achat et sa consommation restent illégale en France… En aucun cas l’UFCM ne pourra être portée pour responsable.

      Bien à vous,

      Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *