Le cannabis thérapeutique bientôt prescrit par les médecins français ?

Article écrite par Jean-Philippe RIVIERE

Date de publication : 07 Juin 2013 éditer par Vidal , pour voir l’article, cliquez ici

Avec la parution d’un décret permettant la délivrance d’une autorisation de mise sur le marché à des médicaments contenant du cannabis, un premier pas a été franchi pour l’autorisation du cannabis thérapeutique en France.

Rappel du contexte et résumé des bénéfices éventuels attendus de l’utilisation médicale de dérivés de cette substance, bannie de la pharmacopée française depuis des décennies.

Les médecins français, à l’instar de leurs confrères canadiens, devraient bientôt pouvoir prescrire des dérivés du cannabis.

Un décret publié au Journal Officiel du 7 juin
Jusqu’à présent, l’Etat français interdisait, via cet article du Code de Santé Publique, la production, la fabrication, le transport, l’importation, l’exportation, la détention, l’offre, la cession, l’acquisition ou l’emploi du cannabis et des tétrahydrocannabinols, à l’exception du dérivés de synthèse utilisables pour faire des études cliniques. Une interdiction soumise à dérogations mais qui interdisait quasiment totalement la possibilité d’utiliser les dérivés du cannabis en médecine.

Le décret du 5 juinpublié au Journal Officiel du 7 juin, annule cette restriction et permet désormais « la délivrance d’une autorisation de mise sur le marché à des médicaments contenant du cannabis ou ses dérivés« .

L’usage thérapeutique du cannabis : de l’usage ancestral à l’interdiction
Des préparations à base de cannabis ont été utilisées en médecine depuis l’Antiquité. Mais dans les années 1930, des inquiétudes concernant le danger lié à l’abus de cette substance ont conduit à l’interdiction progressive de l’utilisation médicale de la marijuana dans la plupart des pays, précise une impressionnante revue de la littérature parue en 2007 dans Dialogues in Clinical Neurosciences.

La recherche médicale s’est emparée du principe actif
Il a fallu attendre 1964 pour que le 9 -tétrahydrocannabinol ( 9 –THC, appelé également THC tout court), le composant psychoactif principal du cannabis, soit isolé. Il a fallu encore attendre pour que des études cliniques soient pratiquées avec ce principe actif et d’autres découverts dans le cannabis, afin de tenter d’objectiver l’éventuel intérêt thérapeutique.

Même si certaines études récentes ont été menées avec du cannabis vaporisé (et non fumé), d’autres ont été menées avec des extraits de la plante (Cannabis sativa L) ou, plus récemment, avec des dérivés cannabinoïdes de synthèse ciblant les récepteurs du système endocannabinoïde :
– les récepteurs CB1 : ils sont essentiellement situés dans le système nerveux central (cerveau et moelle épinière), et un peu dans le système nerveux périphérique. Ils sont notamment responsables des effets euphorisants et des effets anticonvulsifs (cf. infra).
– les récepteurs CB2 : ils se trouvent dans certaines parties du système immunitaire, dont la rate, et sur différents organes, comme les poumons. Ils agissent en particulier sur l’inflammation.

Des résultats intéressants dans certaines indications
La revue publiée dans Dialogues in Clinical Neurosciences, ainsi que de nombreux ouvrages, comme « Cannabis médical. Du chanvre indien au THC de synthèse« , (Michka et coll. Mamma Editions, 2009), indexent et commentent une sélection des multiples études effectuées depuis une trentaine d’années.

Voici quelques-unes des indications dans lesquelles son usage a été particulièrement analysé :
– Douleur : les études suggèrent que les cannabinoïdes peuvent s’avérer utiles en diminuant la transmission neuronale au niveau des voies de la douleur. Cliniquement, l’utilisation de dérivés cannabinoïdes ou de cannabis a montré un intérêt modéré mais significatif dans la gestion de douleurs importantes, comme des douleurs neuropathiques (cf. cette étude récente avec du cannabis vaporisé), des douleurs chroniques, des douleurs associées à une névralgie du trijumeau, etc.
– Troubles de l’appétit, obésité : le cannabis est connu depuis des siècles pour augmenter l’appétit et la consommation alimentaire. En 2006, une étude a montré que le récepteur CB1 joue un rôle dans le contrôle central de l’appétit, du métabolisme périphérique et sur la régulation du poids corporel. Les agonistes de CB1 stimulent donc l’appétit (intérêt dans l’anorexie, le Sida, le cancer, etc.), tandis que les antagonistes le diminuent : il y aurait donc un intérêt théorique dans l’obésité.Mais un antagoniste commercialisé sur cette hypothèse, le rimonabant, a été retiré du marché en 2008 en raison d’effets secondaires à type de dépression, idées suicidaires.
– Spasticité : de nombreuses études réalisées avec du cannabis depuis les années 80, comme par exemple celle-ci versus placebo (n=160), ont montré une réduction significativement positive de la spasticité musculaire en cas de sclérose en plaques. Des résultats plus contrastés ont été obtenus sur les tremblements associés à cette maladie (étude négative parue dans Neurology en 2004)
– Symptômes du Sida : les patients traités par dérivés cannabinoïdes ont noté une amélioration de l’appétit, des douleurs musculaires, des nausées, de l’anxiété, des douleurs, de la dépression et des paresthésies (étude ouverte, n=143)
– Glaucomele cannabis peut réduire la pression intra-oculaire (voir par exemple cette étude).
– Asthme : le THC a une action dilatatrice et anti-inflammatoire sur les bronches. Les études sont cependant assez anciennes, comme par exemple celle-ci effectuée avec du cannabis fumé et absorbé per os, parue dans le New England Journal of Medicine.
– Epilepsie : si les antagonistes du récepteur CB1 augmentent le risque de crises d’épilepsie, les études réalisées avec des agonistes chez les patients épileptiques ne paraissent pas concluantes, pour le moment, sur la réduction des crises et symptômes (cf. cette étude publiée en 2013). Idem pour la maladie de Parkinson (voir par exemple cette étude).
– Cancer : outre son action modérée sur la douleur, le cannabis s’est également avéré utile pour prévenir les nausées et vomissements liées à la chimiothérapie. Il a d’ailleurs été « préféré par les patients » aux autres anti-émétiques usuels, selon une étude parue en 2001 dans le BMJ.

Ces résultats sont donc souvent positifs malgré des effets indésirables plus ou moins gênants, variables en fonction des doses et modes d’administration (le plus souvent : sécheresse buccale, somnolence, vertiges, tachycardie). Une appréciation positive de la balance bénéfices/risques dans certaines indications (sclérose en plaques, chimiothérapie, Sida, etc.) explique que, depuis quelques années, l’usage médical du cannabis soit à nouveau autorisé dans de plusieurs pays européens, en Amérique du Sud, Israël, aux Etats-Unis ou encore au Canada.

Bientôt un médicament dérivé du cannabis autorisé en France ?
Jusqu’à présent, seules quelques dizaines d’Autorisations Temporaires d’Utilisation (ATU) ont été délivrées en France depuis 2000 pour un comprimé de THC de synthèse (le Marinol).
Mais la publication du décret évoquée au début de cet article ouvre la possibilité à l’ANSM (Agence Nationale des Médicaments et produits de santé) d’examiner les demandes d’autorisation des produits pharmaceutiques dérivés du cannabis.

Le premier d’entre eux devrait être le SATIVEX, commercialisé par le laboratoire allemand Bayer et autorisé depuis 2005 au Canada. En effet, selon l’AFP, la ministre de la santé Marisol Touraine a souhaité le 27 février que l’ANSM puisse étudier le dossier de ce médicament, ce qui explique la publication de ce décret, sans préjuger de la décision finale de l’agence sur l’autorisation éventuelle et le remboursement du Sativex en France.

Ce spray buccal (photo ci-contre), qui délivre deux extraits végétaux de cannabis et agit plus rapidement que les comprimés, est déjà prescrit dans plusieurs pays européens. Il a fait l’objet de multiples études depuis 2004 et est prescrit à des patients atteints de sclérose en plaques, en particulier pour diminuer leurs contractures musculaires.

Mais si ce médicament, puis d’autres, sont autorisés, cela ne changera en rien la position du gouvernement sur le cannabis récréatif, a tenu à préciser le ministère à l’AFP : « Il s’agit là d’un médicament » et « la ministre rappelle à nouveau sa plus ferme opposition à la dépénalisation du cannabis« .

Jean-Philippe Rivière

Sources et ressources complémentaires (par ordre de citation) :
– « Code de la santé publique – Article R5132-86 »
– « Décret n° 2013-473 du 5 juin 2013 modifiant en ce qui concerne les spécialités pharmaceutiques les dispositions de l’article R. 5132-86 du code de la santé publique relatives à l’interdiction d’opérations portant sur le cannabis ou ses dérivés« , JORF n°0130 du 7 juin 2013 page 9469, texte n° 13
– « Cannabinoids in health and disease« , Natalya M. Kogan, MSc; Raphael Mechoulam, PhD, Dialogues in Clinical Neurosciences, 2007. Lecture facile avec liens sur les sources via PubMed Reader
– Cannabinoïdes, fiche Wikipedia
– Présentation sur Drogues Info Service du livre « Cannabis médical : du chanvre indien au THC de synthèse« , 2011
– « Low-Dose Vaporized Cannabis Significantly Improves Neuropathic Pain« , Barth Wilsey et coll., the Journal of Pain Volume 14, Issue 2 , Pages 136-148, février 2013
– « Cannabis use for chronic non-cancer pain:résults of a prospective study« , Ware MA et coll., Pain, mars 2003
– « Therapeutic potential of cannabinoids in trigeminal neuralgia« , Liang YC et coll., Current drug targets. CNS and neurological disorders, 2004
– « Endocannabinoids in appetite control and the treatment of obesity« , Kirkham TC, Tucci SA. CNS & neurological disorders drug targets, juin 2006
– « Do cannabis-based medicinal extracts have general or specific effects on symptoms in multiple sclerosis? A double-blind, randomized, placebo-controlled study on 160 patients« , Wade DT et coll., Multiple sclerosis (Houndmills, Basingstoke, England), août 2004
– « The effect of cannabis on tremor in patients with multiple sclerosis« , Fox P et coll., Neurology, avril 2004
– « Cannabis use in HIV for pain and other medical symptoms« , Woolridge E et coll., Journal of pain and symptom management, avril 2005
– « Effect of sublingual application of cannabinoids on intraocular pressure: a pilot study« , Tomida I et coll., Journal of Glaucoma, octobre 2006
–  « Acute Pulmonary Physiologic Effects of Smoked Marijuana and Oral ?9-Tetrahydrocannabinol in Healthy Young Men« , Donald P. Tashkin et coll., New England Journal of Medicine, août 1973
– « Cannabis and other illicit drug use in epilepsy patients« , Hamerle M et coll., European journal of neurology, janvier 2013
– « Cannabis for dyskinesia in Parkinson disease: a randomized double-blind crossover study« , Carroll CB et coll., Neurology, octobre 2004
– « Cannabinoids for control of chemotherapy induced nausea and vomiting: quantitative systematic review« , Martin R Tramèr et coll., BMJ, juillet 2001
– « What is Sativex ?« , présentation pour les professionnels de santé de ce médicament sur sativex.co.uk, site anglais de Bayer
– « Le ministère de la santé favorable à l’étude d’un médicament dérivé du cannabis par l’ANSM« , AFP, 27 février 2013
– Essais cliniques réalisés avec Sativex, classés par indications, sur le site de GW Pharmaceuticals

Illustrations :
– La représentation 3D du tétrahydrocannabinol provient de Wikimedia Commons
– La photo du patient qui utilise du SATIVEX provient du site de GW Pharmaceuticals

One thought on “Le cannabis thérapeutique bientôt prescrit par les médecins français ?

  1. KISZKA

    Inutile de rappeler que je milite officiellement pour l’usage médical et la recherche scientifique sur le cannabis…depuis 1976. Sous Giscard ça se passait relativement bien et nous n’étions pas loin de la dépénalisation. J’ai fait beaucoup de tourisme carcéral de ce fait de provocation mais au bout du compte je m’en bats les couilles; ma première conférence inaugurale, salle Rabelais de Montpellier printemps 1979,s’est fort bien passée…Au début, aucun médecin français n’était prêt à souiller de vert sa blouse blanche immaculée par la pensée raciste débile américaine imposée au monde entier…En réalité, les choses sont bien plus complexes que les petites expériences sur des souris transgéniques…J’entends rarement parler d’un effet psychotrope lié aux « délires religieux »…Les gens un peu cultivés devraient savoir que pratiquement toutes les religions ont pour assise des psychotropes de type hallucinogènes…à suivre dans mes livres, vidéos et films à paraître prochainement…Rappelons cependant que l’histoire du cannabis c’est surtout une histoire de fric (je pense notamment au prix des graines certifiées; etles gouvernements aimeraient bien, comme les ingénieux hollandais,récupérer un max, surtout par les temps qui courent…Médicalement je voudrais rappeler qu’une drogue aussi efficace que le cannabis présente un grand revers: l’effet de rebond à l’arrêt du traitement. J’utilise de la morphine sous-cutanée avec de faibles doses de « Beuhhh » et de surcroît avec de la zizique; ça marche !… TOP(effet de relâchement du tonus musculaire douloureux à la limite du tolérable.Mais je vous rappelle que les études cliniques « Nocébo » sont notoirement insuffisantes dans les publications disponibles; j’ai mes propres dossiers que je garde jalousement pour l’instant car j’ai horreur de l’effet Lemming (panurgisme)…Quant au « système cérébral ou neurobiologique des endocannabinoïdes, j’aimerais bien lire des choses qui tiennent la route susceptibles d’infléchir les tendances dans les petits cerveaux à pensée unique (y compris son versant d’opposition symétrique quasi psy…)Il nous faudra une éternité avant de cerner (au cas où) le fonctionnement intime hypercomplexe de notre cerveau…Soyons honnêtes pour reconnaître que toute drogue, molécule, capable de modifier l’homéostasie du traitement centripète et centrifuge de l’information par l’encéphale est justiciable d’une recherche de vérité radicale dans l’état actuel et avec l’aide des moyens technoscientifiques existants.Quant à l’usage récréatif des psychotropes, c’est un problème privé et non public; la meilleure des lois humaines écrites produit toujours à terme des effets pervers désastreux…Bravo donc aux gentils chercheurs (médecins etc.) qui prennent le train en marche…un train qui roule depuis des centaines de millénaires…En avant toute..!..Bon courage surtout.
    Peter… dit tonton pétard in zeu family.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *