IACM-Bulletin du 21 Février 2015

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sources IACM Ici

 
•    Etats-Unis: L’Académie Américaine de pédiatrie reconnait les valeurs médicales du cannabis pour certains enfants
•    Allemagne: Le gouvernement envisage de faciliter l’usage médical du cannabis
•    Science/Homme: La consommation quotidienne de cannabis (adolescents et hommes) n’est pas liée à une réduction de la masse cérébrale
•    En bref
•    Un coup d’œil sur le passé

Etats-Unis: L’Académie Américaine de pédiatrie reconnait les valeurs médicales du cannabis pour certains enfants

L’Académie Américaine de pédiatrie dont le volume de publication est le plus important au monde, recommande la décriminalisation du cannabis et ajoute que celui-ci pourrait être bénéfique à certains enfants. « L’AAP s’oppose à la marijuana médicale en dehors du processus de régulation de l’US Food and Drug Administration (FDA), » indique le nouveau communiqué. Pourtant, il reconnait que le cannabis pourrait être bénéfique à certains enfants présentant certaines pathologies.
Nonobstant cette opposition à l’usage, l’AAP reconnait que la marijuana pourrait être une possibilité d’administration de cannabinoïdes aux enfants dont la condition est très débilitante ou sévère et qui ne répondent pas aux thérapies conventionnelles, indique leur dernier communiqué. L’illégalité de la marijuana a abouti à l’incarcération de très nombreux adolescents, et à la sur-représentation d’une minorité jeune. Un passé judiciaire peut produire des effets négatifs sur la vie entière d’un adolescent qui, sans cela, n’aurait aucun dossier avec la justice. Ces effets peuvent même inclure l’inéligibilité à des prêts étudiants, à des aides financières, et à certains emplois. »
UPI du 26 janvier 2015
Huffington Post du 26 janvier 2015

 
Allemagne: Le gouvernement envisage de faciliter l’usage médical du cannabis

Le gouvernement désire faciliter l’accès des patients au cannabis à des fins thérapeutiques. « C’est mon but, que dans un futur proche, plus de gens puissent avoir accès au cannabis comme un médicament, » a indiqué Marlene Mortler, commissaire aux drogues du gouvernement fédéral, dans une interview. Le ministre de la Santé Hermann Gröhe (Chrétien démocrate) a annoncé une modification de la loi, et indique aussi son intention de modifier le système de remboursement du coût du cannabis quand il est justifié médicalement. Dans l’année, une loi sera présentée au Bundestag, le parlement allemand, afin de prendre effet l’année prochaine.
Mortler a fait remarquer la difficulté du choix pour ceux qui nécessitent un traitement au cannabis. « Notre souhait est que ceux qui, véritablement malades, et qui ne trouvent un soulagement que par l’usage du cannabis, soient bien traités » a indiqué Gröhe. En dehors de la question du remboursement par les assurances santé pour les traitements médicaux, il faut savoir « comment les abus peuvent être prévenus de manière efficace. » Les représentants de tous les partis politiques du Bundestag, les supporters des patients, le président de l’association German Medical Association, le Dr Frank Ulrich Montgomery, et d’autres ont tous très bien accueilli cette nouvelle. Néanmoins, les détails de ce plan fédéral ne sont pas encore connus. « Malheureusement, nous nous attendons, compte tenu de l’information disponible, à ce que le gouvernement fédéral ne fasse pas un pas supplémentaire qui améliorerait la situation de patients, à moins d’y être obligé par les poursuites judiciaires en cours. Visiblement, si les lois restaient en l’état actuel, il semble que le gouvernement prévienne l’exécution d’un jugement de cour prévu pour 2016, qui probablement permettrait aux patients de cultiver le cannabis dont ils ont besoin, analyse le docteur Franjo Grotenhermen, président de l’association ACM (Association for Cannabis as Medicine).
Die Welt du 3 février 2015

 
Science/Homme: La consommation quotidienne de cannabis (adolescents et hommes) n’est pas liée à une réduction de la masse cérébrale

Une nouvelle étude réalisée par des neuro-scientifiques de l’Université du Colorado, à Boulder, indique que quand on observe les effets de la consommation d’alcool, sur ceux qui boivent de l’alcool et consomment du cannabis, la consommation quotidienne de cannabis n’est pas liée à une réduction de la masse cérébrale. Le docteur Kent Hutchison, en charge de l’étude, a expliqué que son équipe a examiné nombre d’articles scientifiques qui indiquaient que le cannabis provoque la diminution de différentes parties du cerveau et qu’il a été conclu que ces études ne sont pas uniformes.
« Jusqu’à présent, il n’y a pas beaucoup de preuves indiquant un changement de volume brut, » a indiqué Hutchison dans une interview au Reuters. Cette étude s’est particulièrement intéressée à une publication de l’année dernière qu’avaient réalisée des chercheurs de Northwestern University qui avaient noté des modifications du nucleus accumbens et du nucleus amygdala, parties clé du cerveau pour la régulation des émotions et de la motivation, des consommateurs de cannabis qui fument d’une à sept cigarettes de cannabis par semaine. L’équipe d’Hutchison a essayé de reproduire ces résultats en recrutant des dizaines d’adultes et d’adolescents et d’en analyser l’imagerie encéphalique, en comparant ceux qui fument de manière occasionnelle à ceux qui ne fument pas de cannabis. Mais une approche différente a été utilisée pour évaluer les effets de l’alcool. « Nous n’avons pas trouvé de différence dans le volume de l’accumbens, de l’amygdale, de l’hippocampe ou du cérébellum entre les consommateurs quotidiens et les autres, adolescents ou adultes, » rapporte l’article d’Hutchison.
Weiland BJ, Thayer RE, Depue BE, Sabbineni A, Bryan AD, Hutchison KE. Daily marijuana use is not associated with brain morphometric measures in adolescents or adults. J Neurosci 2015;35(4):1505-12.
Reuters du 4 février 2015

 
En bref

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à un moindre risque de cancer de la vessie
Dans une étude incluant 84170 hommes âgés de 45 à 69 ans, la consommation de cannabis a été associée à une incidence de réduction de 45% du risque de cancer de la vessie, alors que la consommation de tabac a été associée à une augmentation de 52% de risque de cancer. Les auteurs ont conclu que « pour cette population, la consommation de cannabis pourrait être inversement associée au risque de cancer de la vessie. »
Kaiser Permanente Los Angeles Medical Center, USA.
Thomas AA, et al. Urology 2015;85(2):388-93.

 

Etats-Unis: Un éminent médecin indique que le cannabis peut être bénéfique à certaines pathologies 
Un « médecin d’exception» (top doctor) a indiqué que le cannabis peut aider des patients. « Nous avons des données préliminaires qui indiquent que pour certaines conditions médicales et symptômes, la marijuana peut soulager, a indiqué dans une interview le Surgeon General Vivek Murthy. Le Surgeon General est à la tête des services Public Health Service Commissioned Corps, un des sept services des Etats-Unis (comme l’armée ou l’aviation), ce qui en fait le porte parole du gouvernement fédéral des sujets de santé publique. 
Reuters du 4 février 2015

 

Etats-Unis: Conférence de l’American Council for Medicinal Active Plants
 L’American Council for Medicinal Active Plants (ACMAP) invite les membres de l’IACM à soumettre des articles pour leur conférence qui se tiendra en juin 2015 à Spokane, Washington. La date limite est le 15 mars. Plus d’information sur site web de l’ACMAP.

 

République tchèque : Conférence sur le cannabis à usage médical
Se tiendra à Prague, du 4 au 7 mars 2015, une conférence sur “ Cannabis médical et Cannabinoïdes”. 
Il existe une volonté de former une association dédiée à l’usage médical du cannabis ; celle-ci pourrait se former pendant la conférence. Plus d’information sur la site web de la conférence.

 

Science/Cellules: Les endocannabinoïdes tuent les cellules cancéreuses de la prostate
 Les endocannabinoides 2-AG (2-arachidonoyl glycérol) et un analogue synthétique de l’anandamide, méthanandamide, ont provoqué la mort programmée des cellules cancéreuses de la prostate.
 Faculty of Medicine, University of Chile, Santiago, Chile.
Orellana-Serradell O, et al. Oncol Rep. 21 janvier 2015. [sous presse]

 

Science/Homme: La consommation de cannabis peut avoir des effets négatifs sur le cours d’une psychose
Une étude menée sur trois ans et incluant 678 patients souffrant de psychose a montré que la consommation régulière de cannabis avait un effet négatif de longue durée sur le résultat de la maladie. 
Academic Medical Center, Amsterdam, Pays-Bas.
van der Meer FJ, et al. Psychol Med. 2015 Feb 5:1-12. [sous presse]

 

Science/Homme: En cas de trouble bipolaire, la consommation de cannabis est associée à un niveau élevé de bonne humeur et un fonctionnement global plus faible
Une étude menée sur un an incluant 62 patients présentant un trouble bipolaire a montré que la consommation de cannabis est associée à un niveau élevé de bonne humeur et un fonctionnement global plus faible.
 University Hospital and Institute of Clinical Medicine, University of Oslo, Norvège.
Kvitland L, et al. BMC Psychiatry 2015;15(1):11

 

Science/Etats-Unis: La consommation de cannabis fait décroître la perception du risque
 Une étude sur 10 ans (de 2002 à 2012) montre que la consommation régulière ou occasionnelle de cannabis réduit la perception des risques. Le genre masculin, le jeune âge et une consommation de cannabis pendant le mois précédent sont des facteurs de décroissance du risque perçu. 
Drexel University College of Medicine, Philadelphia, USA.
Okaneku J, et al. Clin Toxicol (Phila). 2015 Feb 3:1-5. [sous presse]

 

Science/Homme: Dérégulation du système endocannabinoïde des patients présentant une anorexie
Lors d’une étude incluant 14 patients présentant une réaction d’anorexie à la prise de nourriture, il a été remarqué que les niveaux d’endocannabinoïdes différaient de ceux des sujets sains. 
Department of Psychiatry, Second University of Naples, Italie.
Monteleone AM, et al. Am J Clin Nutr 2015;101(2):262-9.
Science/Cellules: Le blocage des récepteurs CB2 réduit la prolifération des cellules cancéreuses du plasma
Un agoniste inverse synthétique (phenylacetylamide) des récepteurs CB2 a inhibé, chez l’homme, la prolifération des cellules de myelome médiéepar l’induction de la mort des cellules programmées ((apoptosis). Un myélome multiple est un cancer des cellules du plasma, un type des cellules blanches du sang. 
University of Pittsburgh, Pennsylvania, USA.
Feng R, et al. Mol Carcinog. 2015 Jan 16. [sous presse]

 

Science/Animal: Le CBD a réduit l’inflammation du modèle animal de la sclérose en plaques
Le traitement au CBD (cannabidiol) ou au PEA (palmitoylethanolamide) sur un modèle animal de la sclérose en plaques a réduit la sévérité de la maladie, et a réduit l’inflammation. Il a aussi été noté que la combinaison de CBD et de PEA était moins efficace qu’un de ces produits pris seul.
Shahid Beheshti University of Medical Sciences, Tehran, Iran.
Rahimi A, et al. Neuroscience. 2015 Jan 27. [sous presse]

 

Science/Homme: Le palmitoylethanolamide accroit le niveau sanguin de 2-AG
Le PEA (palmitoylethanolamide) a accru de manière significative les niveaux sanguins de l’endocannabinoïde 2-AG chez l’ homme et le chien. 
2-AG exerce son action en activant les récepteurs cannabinoïdes et les canaux TRPV1(récepteurs vanilloïdes). Les auteurs ont conclu que « ces observations pourraient expliquer pourquoi certains effets du PEA peuvent être atténués par les récepteurs cannabinoïdes ou les canaux TRPV1 antagonistes 
Endocannabinoid Research Group, Institute of Biomolecular Chemistry, Consiglio Nazionale delle Ricerche, Pozzuoli, Italie.
Petrosino S, et al. Br J Pharmacol.19 janvier 2015. [sous presse]

 

Science/Animal: Un cannabinoïde synthétique augmente l’effet anti-convulsif des médicaments anti- épileptiques
 Dans le modèle animal de l’épilepsie, le cannabinoÏde synthétique WIN 55,212-2, qui se comporte comme le THC auprès des récepteurs cannabinoïdes, a augmenté l’activité anti-convulsion des médicaments anti-épileptiques, comme le gabapentin et le levetiracetam.
Department of Public Health, Institute of Rural Health, Lublin, Pologne.
Florek-Luszczki M, et al. Pharmacol Biochem Behav 2015;130C:53-58.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an
•    Science/Homme: Il a été établi un lien l entre violence domestique et l’alcool, mais pas avec le cannabis
Il y a deux ans
•    Science/Homme: de fortes doses de THC oral causent une tolérance rapide aux effets subjectifs
•    Science/Homme: dans une étude de cas, le Cannabidiol a réduit les symptômes de manque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *