IACM-Bulletin du 08 Août 2011

Bertrand Rambaud Bulletins août 15, 2011

Etats-Unis: le gouverneur du New Jersey approuve la loi sur l’usage médical du cannabis

Dans le New Jersey, les médecins seront autorisés à prescrire du cannabis aux malades atteints de pathologies graves, a indiqué la gouverneure Chris Christie, qui le 19 juillet, avait indiqué qu’elle ferait appliquer la loi signée par son prédécesseur. Le New Jersey devient ainsi le 16ème Etat, avec le District of Columbia, à autoriser l’usage médical du cannabis. Néanmoins, cette nouvelle législation est plus restrictive que dans les autres Etats des Etats-Unis. Seuls les patients souffrants de sclérose en plaques, de VIH, ou de cancer auront la possibilité de se faire prescrire du cannabis, et seulement si les autres traitements n’ont pas été efficaces. Le NJ sera aussi le seul Etat à interdire la culture personnelle du cannabis au domicile des patients.

« J’ai du évaluer les avantages qu’en tireront les malades et les risques potentiels encourus par les employés de l’Etat et les dispensaires, » a-t-elle indiqué, en faisant référence au risque possible de poursuite fédérale. Elle a conclu en indiquant que les dispensaires fonctionnant dans le cadre de la loi de l’Etat courront peu de risques de poursuites par les autorités fédérales. Jon Corzine, le gouverneur précédent, avait signé cette loi peu avant son départ en janvier 2011. Après l’arrivée de Christie au poste de gouverneur, il avait repoussé l’application de la loi en arguant qu’elle nécessitait des amendements.

Pour plus d’information, cliquez ici

Science: un sondage montre que, souvent, les patients souffrant d’inflammation des intestins consomment du cannabis

Des chercheurs de l’hôpital Mount Sinaï, à Toronto, Canada, et de la Salford Royal NHS Foundation Trust, Royaume-Uni, ont étudié la consommation de cannabis de patients souffrants d’inflammation des intestins. 100 patients avec une recto-colite et 191 patients atteints de la maladie de Crohn ont complété un questionnaire qui portait sur leur consommation passée et actuelle de cannabis, qui incluait aussi des facteurs socio-économiques, l’histoire médicale des malades et l’usage de médicaments. Une proportion comparable de patients souffrants de recto-colite et de la maladie de Crohn ont indiqué avoir consommé du cannabis pendant toute leur vie (51% et 48%), et ont indiqué toujours en consommer (12% et 16%).

Parmis les patients ayant consommé du cannabis, 33% des patients atteints de recto-colite et 50% souffrant de la maladie de Crohn, ont indiqué l’avoir fait pour diminuer certains symptômes comme les douleurs abdominales, les diarrhées, et baisse de leur appétit. Les patients avaient plus tendance à consommer du cannabis, notamment s’ils avaient subi une intervention chirurgicale ou s’ils avaient des douleurs chroniques. Les chercheurs ont conclu que « la consommation de cannabis est courante parmi les patients souffrants d’inflammation des intestins, spécialement chez ceux ayant subi une intervention chirurgicale, souffrant de douleurs abdominales et/ou d’une qualité de vie diminuée. »

Pour plus d’information, cliquez ici

Science: comme le THC, d’autres cannabinoïdes issus du cannabis atteignent le cerveau

La pharmacocinétique (comportement d’une substance dans le corps) du cannabidiol (CBD), du cannabidivarine (CBDV), du delta-9-tétrahydrocannabivarin (delta-9-THCV) et du cannabigérol (CBG) a été étudiée à l’Université d’Aberdeen, Royaume-Uni, sur les souris et les rats. Les chercheurs ont mesuré les concentrations dans le cerveau après des injections dans l’abdomen et des administrations orales. Les effets du CBD ont, par la suite, été observés sur le modèle animal du comportement compulsif obsessionnel (TOC).

Tous les phytocannabinoïdes pénètrent rapidement la barrière sanguine du cerveau. L’administration orale entraîne des concentrations supérieures pour le CBD et le CBDV, mais pas pour le delta-9-THCV et le CBG, pour qui l’injection intra péritonéale s’est révélée plus efficace. Le CBD a réduit le comportement compulsif obsessionnel, la durée de l’effet correspondant à la concentration mesurée dans le cerveau.

Pour plus d’information, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *