IACM-Bulletin du 06 Octobre 2011

Bertrand Rambaud Bulletins octobre 17, 2011

Selon une étude observationnelle, le cannabis a un effet positif sur la maladie de Crohn

Selon une étude observationnelle menée à l’Université de Tel-Aviv, Israël, le cannabis pourrait avoir des effets positifs sur l’activité de la maladie de Crohn, une maladie inflammatoire chronique intestinale. Dans cette étude portant sur 30 patients, la prise de médicaments, le besoin d’une intervention chirurgicale, et l’hospitalisation, avant et après la consommation de cannabis, ont été évalués. L’activité de cette maladie est mesurée selon l’index Harvey Bradshaw. La consommation de cannabis a été indiquée à 21 patients dont 6 souffraient de douleurs incurables pour lesquelles les traitements conventionnels n’apportaient peu ou pas de soulagement. Quatre autres patients, qui consommaient du cannabis de manière récréative, ont continué cette consommation car ils observaient une amélioration de leur état.

La condition de 21 des 30 patients s’est sensiblement améliorée après le traitement à base de cannabis. L’index de gravité mesuré sur l’échelle de H. Bradshaw est passé de 14 à 7. Le besoin pour d’autres médications a été réduit. Avant la prise de cannabis, 26 patients prenaient des corticoïdes. Seulement quatre d’entre eux ont du avoir recours à cette médication après la thérapie à base de cannabis. En 9 ans, quinze des patients avaient subi 19 interventions chirurgicales avant de prendre du cannabis. Deux seulement ont du subi une intervention chirurgicale après avoir été traités avec du cannabis pendant 3 ans. Les auteurs ont conclu que « pour l’homme, cette étude est la première sur l’usage du cannabis dans la maladie de Crohn. Les résultats indiquent que le cannabis pourrait avoir des effets positifs sur l’activité de la maladie, tels que la réduction de son activité, le besoin d’autres médicaments ou de chirurgie.»

Pour voir l’articles, cliquez ici

République tchèque : le gouvernement désire que le cannabis, sous sa forme naturelle, soit disponible pour les patients en pharmacie

Le ministre de la Santé de la République tchèque a indiqué que le cannabis serait retiré de la liste des substances interdites, afin que celui-ci puisse être prescrit par les médecins dans le cadre d’un usage thérapeutique. Le 14 septembre, dans un journal, le ministre de la Santé Martin Plíšek a indiqué que « d’ici la fin de l’année, il sera soumis au Parlement un amendement à la loi sur les substances addictives afin que la maijuana fasse dorénavant partie des substances pouvant être prescrites. »

Il est rapporté que de plus en plus de Tchèques, en dépit de la loi, cultivent du cannabis à leur domicile. Le ministère doit encore travailler sur les modalités de vente légale de ce produit dans le cadre d’un usage médical. Le Ministre Plíšek a aussi indiqué qu’il préférerait voir ce produit importé plutôt que cultivé dans le pays, afin de minimiser les risques de débordement. « Nous devons prévoir des modalités pour prévenir les abus. »

Pour plus d’information, cliquez ici

IACM: résultats d’un sondage sur les méthodes d’administration du cannabis et des cannabinoïdes à usage thérapeutique

Une étude transversale a été réalisée en publiant un questionnaire, en cinq langues, sur le site web de l’IACM, entre le 18 août 2009 et le 31 janvier 2010. Elle était destinée à savoir comment les patients perçoivent les avantages et les inconvénients des différents modes d’administration du cannabis, et leurs préférences quant aux produits. L’étude était aussi destinée à déterminer si les préférences dépendaient de paramètres démographiques, d’expériences préliminaires de consommation de cannabis récréatif, de maladies, ou de la participation d’un médecin pour l’utilisation des cannabinoïdes.

953 patients (614 hommes et 339 femmes) d’âge moyen 40,7 ans ont rempli le questionnaire. La plupart des participants provenaient des États-Unis, de l’Allemagne, de France, du Canada, des Pays-Bas, d’Espagne et du Royaume-Uni. Dans 47,6 % des cas, les produits à base de cannabis étaient prescrits ou recommandés par un médecin et les patients se le procuraient, pour 10,4 % dans une pharmacie, dans un coffee-shop (26,3 %) ou un lieu toléré. Les modes préférés d’administration du cannabis sont : fumer (62,9 %), inhaler (23,6 %), manger en le mélangeant à de la nourriture (7,9 %), boire sous forme d’infusion (2,4 %) et avaler pour le Dronabinol/Marinol (1.8 %). Les différences significatives sont indépendantes du pays, de la maladie ou d’autres paramètres. Les résultats ne sont pas représentatifs.

Pour plus d’information, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *