Face aux conséquences de l’épidémie de covid‑19 le gouvernement reporte les expérimentations

Kim UFCM Nos actions mai 17, 2020

Communiqué de presse

13 mai 2020

Loi gloubi-boulga : les usagers de cannabis thérapeutique inquiets

Dans son article 1, I, 1°, a), le projet de loi portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie de covid‑19, prévoit d’autoriser le gouvernement à reporter jusqu’en 2022 les expérimentations conduites sur le fondement de l’article 37-1 de la Constitution et d’autres dispositions législatives dont le détail n’est pas indiqué.

Les patients qui attendent depuis des années de pouvoir bénéficier d’une prescription médicale de cannabis souhaitent avoir des assurances pour que l’expérimentation qui doit commencer en septembre prochain ne soit pas concernée par ce report.

Déjà mise en oeuvre avec succès dans de nombreux pays, notamment au Danemark, en Allemagne, en Suisse ou au Luxembourg, l’utilisation du cannabis pour les besoins médicaux a pris beaucoup de retard en France.

 

En juillet 2019, l’ANSM a entériné l’avis du groupe d’experts recommandant, sous des conditions très strictes, l’expérimentation du cannabis dans cinq indications:

– douleurs neuropathiques réfractaires aux thérapies (médicamenteuses ou non) accessibles,

– certaines formes d’épilepsie pharmacorésistantes,

– certains symptômes rebelles en oncologie (tels que nausées, vomissements, anorexie…),

– situations palliatives, dans la spasticité douloureuse de la sclérose en plaques

– autres pathologies du système nerveux central,

Le Parlement a approuvé à l’unanimité le principe de l’expérimentation à travers un amendement voté lors du précédent PLFSS.

 

Néanmoins, depuis le début de l’année, le processus semble mis à mal. Outre les grèves et le confinement qui ont ralenti la progression du CST, le décret nécessaire pour lancer l’expérimentation n’a toujours pas été publié et aucun budget spécifique n’est identifié.

 

Il ne faudrait pas que les usagers soient les victimes collatérales de l’urgence du COVID19. Les signataires du présent communiqué demandent au gouvernement de réaffirmer l’absolue nécessité d’une réponse rapide aux besoins des patients auxquels le cannabis pourrait apporter un mieux être et de préciser si l’expérimentation est concernée par les dispositions du présent article.

 

Signé l’UFCM-I Care

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *