Comment trouver le bon dosage?

Kim UFCM Autres février 16, 2021

COMMENT TROUVER LE BON DOSAGE ?

Avec les cannabinoïdes tout est question de patiente et de modération. À l’heure actuelle, il n’est pas possible de préconiser un dosage exact par pathologie, néanmoins, il existe des techniques et des méthodes pour vous aider à trouver le juste dosage, adapté à vos besoins.
 
 

VERS UN DOSAGE INDIVIDUEL

Contrairement à un médicament, le cannabis est constitué de centaines de molécules, si l’on ajoute à cela le caractère unique de votre métabolisme et vos objectifs à atteindre, il existe donc un dosage unique adapté à chacun d’entre nous.
 
Le champ d’application des cannabinoïdes s’étend sur un large éventail. C’est ainsi que certains les utilisent en prévention d’autres pour traiter des pathologies du quotidien ou d’autres encore pour des pathologies bien plus lourdes. Ainsi le dosage peut varier et être adapté selon les jours, les besoins et l’intensité des symptômes.
 

L’EXEMPLE D’UN PROTOCOLE Á SUIVRE

En octobre 2017 nous avons reçu l’intervention de Jaqueline Poitras, présidente de l’association Mamaka, une association en Grèce de mères qui utilisent les cannabinoïdes sur leurs enfants. Elle y suppose un process de dosage que vous retrouverez ci-dessous (compte rendu de son intervention) :
  • Commencez toujours par un faible dosage, 2mg/jour c’est un minimum, en dessous la dose est trop faible et n’a plus d’intérêt.
  • Augmentez progressivement votre dosage tous les 4/5 jours, jusqu’à trouver ce quelle nomme « notre fenêtre thérapeutique », c’est-à-dire le moment ou vous constatez des améliorations. Ces améliorations peuvent ne pas cibler directement les symptômes que vous souhaitez supprimer, mais elles indiquent que vous entrez dans votre “fenêtre thérapeutique”. Ça peut être un meilleur sommeil, une peau plus claire, une meilleure humeur, etc.
  • Maintenant que vous avez trouvé votre fenêtre, restez sur le dosage où vous êtes et maintenez le pendant 3 à 4 semaines.
  • Si au bout de ces 3 à 4 semaines vous ressentez encore des améliorations, augmentez encore votre dosage pour les 3 à 4 semaines suivantes et ainsi de suite tant que les effets positifs se font ressentir.
 
Attention à l’effet biphasique des cannabinoïdes. En effet, moins peut aussi dire mieux, il ne faut donc pas hésiter à revenir à un dosage plus faible si vous vous rendez-compte qu’il n’y a plus d’amélioration voir que votre état régresse.

DES PRÉCAUTIONS À PRENDRE

Bien qu’il n’existe pas de dose létale et que la molécule du CBD soit non psychoactive, il ne faut pas pour autant la considérer comme “inoffensive”.
Voici des effets secondaires à connaitre :
  • Bien qu’elles soient rares, des allergies au cannabis peuvent apparaitre. C’est entre autres pour cela qu’il est important de commencer avec de faibles doses afin de voir comment votre corps réagit.
  • La prise de cannabinoïdes peut également entrainer la baisse de votre pression artérielle. Soyez donc vigilant si vous prenez des médicaments en ce sens, votre pression pourrait tomber trop bas. Il se pourrait donc que vous deviez réduire votre médication afin d’éviter ce problème.
  • Un autre effet secondaire relevé pas les utilisateurs est la somnolence, pas toujours un effet indésirable !

 

LE DANGER DES INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES

L’interaction avec les autres médicaments à prendre en compte :
 
Les cannabinoïdes comme le CBD peuvent inhiber le métabolisme hépatique des produits pharmaceutiques. Si l’on prend des doses élevées de CBD, ce dernier peut neutraliser temporairement l’activité des enzymes présentes dans le foie et ainsi modifier la façon dont les médicaments agissent sur votre métabolisme. Ce phénomène est encore peu étudié, mais il doit être pris en compte.
Voici une courte liste des médicaments dont nous savons qu’ils sont sensibles aux interactions avec le CBD :
  • Inhibiteur d’acide Pantoprazole
  • Antiépileptique Clobazam (Frisium)
  • Inhibiteur d’acide Omeprazol
  • Neuroleptique Risperidone (Risperdal)
C’est pourquoi il est important d’espacer la prise des cannabinoïdes d’au moins 2h avec les médicaments.
 

Ceci n’a aucune vocation à être un conseil médical. 

Et bien sûr, parlez-en avec votre médecin, même si celui-ci n’est pas ouvert sur le sujet il est important de l’en informer et qui sait, peut être a -t-il déjà son idée ou peut-être est-il curieux assez pour se renseigner. Au moins vous aurez un suivi médical ce qui est capital.

 
SOURCES

@Article écrit par Kim Bercet, responsable communications.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *