Cannabis : l’Académie de médecine contre la dépénalisation en raison des effets sur la santé

RelaxNews le vendredi 30 mars 2012 à 11:48:00

Cannabis : l'Académie de médecine contre la dépénalisation en raison des effets sur la santé

– Alors que la dépénalisation du cannabis fait l’objet d’un débat récurrent en France, l’Académie nationale de médecine réaffirme son opposition sur le sujet, mettant en avant “les effets délétères de cette drogue“. S’appuyant sur deux études récentes, l’institution française rappelle que le cannabis accroît les risques cardiovasculaires et neurovasculaires.

Les deux enquêtes mises en avant par l’Académie de médecine, dont l’une a été conduite par le CHU de Strasbourg, dénoncent les effets du cannabis sur la santé, notamment sa responsabilité dans les infarctus cérébraux et dans l’augmentation du risque d’infarctus du myocarde.
Face à ce constat, l’Académie renouvelle ses mises en garde contre la dépénalisation du cannabis, mettant l’accent sur les “graves conséquences” de la drogue sur la santé des usagers

Pour voir l’article, cliquez ici

5 thoughts on “Cannabis : l’Académie de médecine contre la dépénalisation en raison des effets sur la santé

  1. Mazlum Ashes Duman

    Je pense qu’ici ils font l’amalgame entre fumer du cannabis et le cannabis en soi. Fumer du cannabis est mauvais dans le sens où il y a du tabac et qu’il y a combustion. Et l’infarctus cérébral et du myocarde est fréquent chez les fumeurs (tabac). Le cannabis ne joue aucun rôle là dedans. Il y a tant d’autres méthodes pour consommer du cannabis, ne nous focalisons pas sur cette méthode pratique. Si le cannabis était légalisé, le marché pour fumer le cannabis de façon plus saine comme avec un vaporisateur (qui permet de chauffer le cannabis pour récupérer le THC et l’aspirer accompagné d’oxygène uniquement). D’ailleurs le vaporisateur est majoritairement utilisé dans les hôpitaux qui traitent les maladies du VIH, cancer, sclérose en plaques et bien d’autres avec du cannabis. La dépénalisation n’est pas une solution, elle aggraverait même la situation. Une légalisation permettrait de tirer profit du cannabis (gestion de la qualité, taxation, plus d’emplois, …) et peut-être même aider avec la crise économique.

    Sur ce, j’estime que nous tournons en rond pour rien, le cannabis a fait ses preuves depuis longtemps mais l’Europe n’est pas assez futé pour s’en rendre compte.

    Mazlum Ashes Duman.

  2. Marie Juana

    Bonjours, je suis choqué par la position de la France qui reste unique dans le monde !!! Cette le sinise de ces personnages fait froid dans le dos pour empêcher des malades a avoir accès a un médicament reconnu depuis bien plus de dix ans dans des pays dit “plus avances que le notre ” , et d’autre part, je trouve quasiment répréhensible légalement, le fait de ne pas respecter leur serment et de pouvoir faire profiter a chacun du traitement le plus approprié.
    Ces “médecins” français ne doivent pas lire les rapports d’études cliniques dans le même sens que les professeurs des autres pays .
    Cordialement , MR charbonnier

  3. DUNET Elisabeth

    à l’académie nationale de médecine on ne doit pas souvent vivre le quotidien du malade. Ils analysent des statistiques mais ils oublient la souffrance que les malades endurent toute leur vie, alors si fumer quelques sticks de cannabis les soulagent et les apaisent plus que les médicaments. Il faut nous aider : HIV + Hépatite C depuis 28 ans et je fume du cannabis depuis longtemps et cela m’aide a bien dormir, à avoir de l’appétit et à être calme et tranquille. Je ne suis pas une toxicomane, j’aide mon corps à gérer au mieux mes maladies et à avancer…

  4. Bertrand Rambaud

    De toute façon le “professeur” en question est bien connu pour ses positions qui sont, au fil du temps, de plus en plus eloignés d’une quelconque réalité medicale….

    Comment ne pas tenir compte des résultats publiés par des chercheurs partout dans le monde …., Pourquoi continuer à prendre du retard juste pour des raisons de morale.

    Bien sur le cannabis peut poser des problemes, mais n’oublions pas que pour de nombreux patients (dont je fais partie), le cannabis est le médicaments qui permet d’aller mieux, de mieux supporter les effets secondaire des traitements, de moins prendre d’opiacés, dormir est devenu plus qu’un reve, moins de douleurs, moins de nausées …. et moins de medicaments … et c’est la que le bas blesse, le cannabis m’a permis d’arreter les anti depresseurs et de diminuer par trois ma prescription d’opiacés, si tout les malades qui utilisent le cannabis thérapeutique arrêtent les médicaments dont ils n’ont plus besoin, les labo et les lobby’s de la pharma font la gueule ….

  5. Aurélien Terrassier

    Une légalisation du cannabis convivial serait souhaitable pour qu’il y ait des boutiques permettent à des personnes d’acheter du matériel afin qu’ils puissent cultiver chez eux une quantité limitée (deux pieds ça suffirait). La France a avancé sur le sujet, le Sativex entre en vigueur l’année prochaine pour les patients de la sclérose en plaque. Je comprends la position de l’Académie de médecine mais je ne partage pas. Le cannabis est aussi convivial est n’est pas plus dangereux. Les anti-dépresseurs ça n’est pas pareil du tout. Je crois que faire un tel amalgame ne fait rien avancer au sujet. Des gens en ont besoin et ça n’a strictement rien à voir. Les anti-dépresseurs aident à aller mieux quand le cannabis à l’excès provoque des dégâts neurologiques et psychologiques. Bien évidemment que les anti-dépresseurs devraient être mieux prescrits dans certains cas mais ça n’est pas à comparer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *