Cannabis et douleurs post-opératoires

Une étude multicentrique à doses croissantes sur les effets analgésiques et les effets indésirables d’un extrait de cannabis par voie orale (cannador) pour la gestion de la douleur postopératoire

Holdcroft AMaze MDoré CTebbs SThompson S.

Anesthesiology. 2006 May;104(5):1040-6

Pour voir l’article, cliquez ici

Résumé

Une étude multicentrique menée dans douze centres britanniques a eu pour objet de vérifier l’efficacité et l’innocuité d’un extrait de cannabis en gélules (cannador) pour traiter les douleurs postopératoires. Les teneurs en THC et autres cannabinoïdes des gélules cannador sont standardisées. Trois doses uniques (de 5, de 10 et de 15 mg de THC) ont été administrées aux patients ayant décidé de suspendre le traitement analgésique postopératoire standard adapté à chaque patient et à condition qu’un traitement anti-douleur par voie orale leur soit indiqué. Dans le cas où l’extrait de cannabis se montrait insuffisant, les patients pouvaient également demander un traitement anti-douleur supplémentaire.

Les essais avec 5 mg de THC, conduits chez 11 patients, ont été suspendus ; tous ont demandé un traitement anti-douleur supplémentaire moins de six heures après la prise de l’extrait de cannabis. Par conséquent, cette dose a été jugée insuffisante. Les essais avec 10 mg de THC ont été terminés dès qu’on a atteint le chiffre de 30 patients. Parmi eux, 50 % (15 patients sur 30) ont eu besoin de médicaments supplémentaires en l’espace de six heures. Les essais avec 15 mg de THC, chez 24 personnes, ont été suspendues suite à l’apparition d’importants effets secondaires (hypotension, pâleur, ralentissement du pouls) chez le dernier patient. Dans ce groupe, 25 % de personnes(6 patients sur 24) ont eu besoin d’un traitement médicamenteux anti-douleur supplémentaire. Dans l’ensemble, l’intensité des effets secondaires a été généralement faible. Le patient, chez qui le traitement avait provoqué une baisse de tension et un ralentissement du pouls, n’a pas eu besoin d’un traitement médicamenteux et s’est rapidement rétabli.

Les chercheurs en ont conclu que « le cannador à une dose de 10 mg, était le mieux adapté du fait qu’il a calmé de manière efficace les douleurs postopératoires chez des patients adultes et en bonnes conditions physiques sans provoquer d’effets secondaires sérieux ou graves. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *