Bulletin IACM du 13 Juin 2020

Kim UFCM Bulletins juillet 5, 2020

Science/Israël: Les anciens Israélites ont peut-être consommé du cannabis dans le cadre d’un rituel religieux il y a 3000 ans

Les anciens Israélites ont peut-être consommé du cannabis pour être “high” dans le cadre de leur rituel religieux, selon des chercheurs israéliens qui ont trouvé des résidus de la plante dans un sanctuaire vieux de près de 3000 ans. Les traces ont été trouvées sur un autel du temple de Tel Arad, dans le désert du Néguev, à environ 10 km de la ville sud-israélienne d’Arad.

Le site a été découvert il y a plus de 50 ans, mais une nouvelle analyse de matière organique non identifiée sur l’autel de calcaire a donné le résultat surprenant. L’archéologue Eran Arie, qui a dirigé le projet de recherche pour le compte du Musée d’Israël et de l’Institut Volcani d’Israël, a déclaré que le matériau contenait des traces de cannabis et de fumier animal, probablement utilisés pour aider la plante à brûler. Arie a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve de culture locale de cannabis au 8ème siècle avant JC, suggérant que quelqu’un avait pris la peine de l’importer “pour son effet psychoactif”.

Reuters du 1er Juin 2020

Science/Homme: Une étude ne trouve aucune preuve que la consommation de cannabis augmente le risque d’AVC

Une étude d’observation menée dans les hôpitaux n’a trouvé aucune preuve que la consommation de cannabis augmente le risque d’AVC. “Notre étude observationnelle a examiné spécifiquement la consommation récente de cannabis en étudiant les données de dépistage des drogues pour les personnes admises à l’hôpital. Bien que davantage de recherches soient nécessaires avec un plus grand nombre de personnes, notre étude soutient les études montrant que la consommation de cannabis n’augmente pas le risque de accident vasculaire cérébral “, a déclaré le chercheur Dr. Carmela San Luis, de l’Université du Mississippi à Jackson, USA.

Plus précisément, les chercheurs ont découvert que la consommation de cannabis n’affectait pas le risque d’AVC ischémique, qui est le type d’AVC le plus courant et qui est causé par un caillot sanguin dans le cerveau. Pour l’étude, San Luis et son équipe ont collecté des données sur plus de 9 300 personnes admises à l’hôpital et dépistées pour consommation de drogues. Dix-huit pour cent – 1 643 personnes – ont été testées positives pour la consommation de cannabis. Ces participants étaient, le plus souvent, de jeunes hommes et des fumeurs actuels. Dans ce groupe, 8% ont subi un accident vasculaire cérébral, contre 16% des personnes dont le test de dépistage de drogues a montré qu’elles ne consommaient pas de cannabis. Après avoir pris en compte d’autres facteurs, tels que l’âge, l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, la drépanocytose, l’obésité, le diabète, le tabagisme et les maladies cardiaques, les chercheurs n’ont trouvé aucun lien entre le risque d’accident vasculaire cérébral et la consommation de cannabis.

UPI du 4 Juin 2020

Science/Homme: Les données scientifiques disponibles ne supportent pas l’hypothèse selon laquelle la consommation de cannabis peut augmenter l’accident du travail

Selon un examen systématique effectué par des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique à Prince George, au Canada, il n’y avait aucun lien entre la consommation de cannabis et l’accident du travail. Sept des 16 études examinées ont montré des preuves soutenant une association positive entre la consommation de cannabis et l’accident du travail. Une étude a montré des preuves à l’appui d’une association négative et les huit autres études n’ont montré aucune preuve d’une relation significative. Seules trois des études examinées ont montré des preuves claires que la consommation de cannabis avait précédé l’accident du travail.

Les auteurs ont conclu que “l’ensemble actuel de preuves ne fournit pas de preuves suffisantes pour étayer la position selon laquelle les consommateurs de cannabis courent un risque accru l’accident du travail. En outre, l’évaluation de la qualité de l’étude suggère que des biais importants dans la littérature existante sont présents en raison de variables de confusion potentielles, de la sélection des participants et de la mesure des expositions et des résultats. ”

Biasutti WR, Leffers KSH, Callaghan RC. Systematic Review of Cannabis Use and Risk of Occupational Injury. Subst Use Misuse. 2020:1-13.

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une réduction des symptômes chez les patients souffrant de trouble de stress post-traumatique

Selon les données de 404 consommateurs de cannabis médical aux États-Unis, qui se sont identifiés comme ayant un trouble de stress post-traumatique, le cannabis a effectivement réduit les symptômes de plus de 50%. Les données ont été obtenues à partir d’une application de cannabis médical que les patients utilisent pour suivre les changements de symptômes en fonction de différentes souches et doses de cannabis au fil du temps. Les participants ont utilisé l’application 11 797 fois sur 31 mois pour évaluer les symptômes (pensées intrusives, flashbacks, irritabilité et / ou anxiété) immédiatement avant et après l’inhalation de cannabis.

Tous les symptômes ont été réduits de plus de 50% immédiatement après la consommation de cannabis. Le temps a mené à une diminution plus importante des intrusions et de l’irritabilité, les séances ultérieures de consommation de cannabis prévoyant un soulagement des symptômes plus important que les séances précédentes. Des doses plus élevées de cannabis ont mené des réductions plus importantes des intrusions et de l’anxiété, et la dose utilisée pour traiter l’anxiété a augmenté avec le temps. La gravité initiale de tous les symptômes est restée constante au fil du temps. Les auteurs de l’Université de l’État de Washington, qui ont mené l’étude, ont noté les limites de leur étude, à savoir l’auto-sélection de l’échantillon, l’auto-identification comme ayant un trouble de stress post-traumatique et aucun groupe témoin utilisant un placebo.

LaFrance EM, Glodosky NC, Bonn-Miller M, Cuttler C. Short and Long-Term Effects of Cannabis on Symptoms of Post-Traumatic Stress Disorder. J Affect Disord. 2020;274:298-304.

Science/Homme: Selon une étude ouverte le cannabis peut être utile dans le traitement de la fibromyalgie

Selon une étude portant sur 101 patients souffrant de fibromyalgie et suivie à l’hôpital Laniado de Netanya et à l’hôpital Nazareth de Nazareth, en Israël, la consommation de cannabis a été efficace pour réduire la douleur et réduire la consommation d’autres analgésiques. La durée moyenne de consommation de cannabis était de 15 mois. La consommation mensuelle moyenne était de 29 g de cannabis, qui était fumé pur (54%), inhalé à l’aide d’un vaporisateur (18%) ou utilisé oralement (3 participants), tandis que les autres utilisaient la variété de combinaisons.

L’amélioration moyenne du sommeil et de la douleur était légèrement supérieure à 77% avec une amélioration moindre des autres paramètres; 36% des patients ont signalé une prise de poids, tandis que 16% ont signalé une perte de poids; 51% ont déclaré avoir plus de temps libre à l’extérieur. Près d’un quart des patients ont signalé des effets indésirables bénins et un patient a développé une attaque psychotique. Il consommait 70 grammes de cannabis par mois. Les auteurs ont conclu que le cannabis médical “est un traitement efficace pour la fibromyalgie, avec un retrait de près de 0% avec ce traitement”.

Habib G, Levinger U.
[Characteristics of medical cannabis usage among patients with fibromyalgia]. [Article in Hebrew] Harefuah. 2020;159(5):343-348.

Science/Homme: Le cannabis en plus des médicaments standard améliore encore les performances motrices des patients atteints de sclérose en plaques

Lors d’une étude contrôlée, les patients atteints de sclérose en plaques ont constaté une amélioration significative avec un traitement complémentaire avec un spray au cannabis (Sativex®) par rapport au traitement standard. L’étude menée par l’IRCCS Centro Neurolesi Bonino Pulejo à Messine, en Italie, a comparé 20 patients atteints de sclérose en plaques, qui ont reçu le spray au cannabis en plus du traitement antispastique oral en cours (groupe A), et 20 patients ne recevant que le traitement antispastique en cours (groupe B).

La mesure de l’indépendance fonctionnelle s’est améliorée davantage dans le groupe A que dans le groupe B. De plus, le test de marche de 10 mètres a diminué davantage dans le groupe A que dans le groupe B. Les auteurs ont noté que ces résultats et d’autres montrent que cette “approche pourrait être utile pour améliorer les performances des patients atteints de SEP. ”

Calabrò RS, Russo M, Naro A, Ciurleo R, D’Aleo G, Rifici C, Balletta T, La Via C, Destro M, Bramanti P, Sessa E. Nabiximols plus robotic assisted gait training in improving motor performances in people with Multiple Sclerosis. Mult Scler Relat Disord. 2020;43:102177.

En bref

Science/Homme: Une petite étude contrôlée a montré que le CBD peut être efficace chez les enfants ayant de graves problèmes de comportement
Une étude contrôlée par placebo avec 8 participants a montré que le CBD peut être utile dans le traitement des enfants présentant de graves problèmes de comportement. Les enfants âgés de 8 à 16 ans ont été randomisés pour recevoir de l’huile de CBD ou un placebo pendant 8 semaines, avec une dose partant de 20 mg par kilogramme par jour en 2 doses divisées avec une dose maximale de 500 mg. Tous les parents ont indiqué qu’ils recommanderaient l’étude à d’autres familles avec des enfants ayant des problèmes similaires. Il y avait un signal d’efficacité en faveur du médicament actif.
Murdoch Children’s Research Institute, Parkville, Canada.
Efron D, et al. Br J Clin Pharmacol. 2020 Jun 1.

Suisse: Le Conseil National a approuvé un essai sur la consommation de cannabis pour les adultes
Le Conseil National Suisse a approuvé un plan pour lancer des essais de cannabis à des fins récréatives. Cependant, pour être légalisé, le gouvernement affirme qu’il doit être biologique et cultivé localement. L’étude, approuvée le 2 juin, espère en savoir plus sur les effets qu’aurait une légalisation contrôlée du cannabis à usage des adultes en Suisse. Les expériences doivent être menées dans les grandes villes de Suisse. Bâle, Berne, Bienne, Genève et Zurich ont toutes exprimées leur intérêt pour la conduite de ces essais.
The Local du 3 Juin 2020

Science/Homme: La légalisation du cannabis à l’usage des adultes a eu un effet positif sur le tourisme aux États-Unis
Des chercheurs de la Faculté Berry ont utilisé des données mensuelles sur l’occupation des hôtels pour examiner l’effet de la légalisation du cannabis sur le tourisme au Colorado et à Washington. Les résultats indiquent une forte augmentation des chambres d’hôtel louées au Colorado, avec un effet considérablement moindre pour Washington. Les effets sont plus importants dans les deux États une fois que la vente commerciale a été autorisée au-delà de la légalisation de la possession et de la culture individuelle.
Département d’économie, Faculté Berry, Rome, États-Unis.
Meehan B, et al. J Reg Analysis Policy 2020;50(1):46–53.

Canada: Malgré le confinement dû à la crise du coronavirus, le secteur du cannabis embauche toujours des gens
Contrairement à de nombreuses industries, le secteur du cannabis embauche toujours pendant la pandémie. Pourtant, le nombre de postes ouverts a diminué à mesure que les licenciements deviennent plus courants et que de nombreux emplois existants sont temporaires. Le secteur du cannabis employait 243700 personnes au début de 2020, en hausse de 15% par rapport à l’année précédente et a presque doublé le nombre d’emplois depuis 2017.
Bloomberg du 3 Mai 2020

Science/Homme: Aucune augmentation du nombre d’adolescents qui ont besoin d’un traitement pour la consommation de cannabis après la légalisation au Colorado et à Washington
Les données annuelles sur les admissions au traitement pour la consommation de cannabis de 2008 à 2017 provenant de l’ensemble de données SAMHSA TEDS-A pour les adolescents de 12 à 17 ans ont été utilisées pour modéliser les tendances des admissions au traitement par l’État. Dans tous les états de l’analyse, le taux d’admissions de traitement d’adolescents pour consommation de cannabis a diminué de manière significative au cours de la période d’étude, le taux moyen ayant chuté de près de la moitié. La baisse du taux d’admission a été plus importante au Colorado et à Washington que dans les États qui ne légalisaient pas la consommation de cannabis pour les adultes. Cependant, la différence n’était pas statistiquement significative. Les auteurs ont conclu que ” les admissions de traitement d’adolescents pour la consommation de marijuana n’ont pas augmenté dans le Colorado et à Washington après la légalisation du cannabis récréatif.”
Département de Géographie et d’Études Urbaines, Temple University, États-Unis.
Mennis J, et al. Drug Alcohol Depend. 2020;210:107960.

Science/Homme: de nombreux patients cancéreux consomment du cannabis
Selon une enquête auprès de 188 patients cancéreux, 46 (25%) ont consommé du cannabis. Les symptômes au début du traitement étaient plus élevés chez les consommateurs de cannabis. La douleur était le symptôme présentant la fréquence d’amélioration la plus élevée (81%), suivie de l’appétit (77%) et de l’anxiété (73%).
Département d’Oncologie Hématologique, Beaumont Health, Royal Oak, États-Unis.
Macari DM, et al. Am J Clin Oncol. 2020 Jun 2.

Science/Animal: Le CBD et le CBDA réduisent les nausées chez les rats et les musaraignes
L’administration aiguë et répétée de CBD et de CBDA a réduit les symptômes dans les modèles animaux de nausée (rats, musaraignes). Ils ont maintenu l’efficacité pendant une étude de quatre semaines. Les effets ont été médiés par le récepteur 5-HT1A. Les auteurs ont noté “que ces cannabinoïdes peuvent être des traitements anti-nausées et anti-émétiques utiles pour les affections chroniques, sans développer de tolérance”.
Département de Psychologie et Programme de Collaboration en Neurosciences, Université de Guelph, Canada.
Rock EM, et al. Psychopharmacology (Berl). 2020 Jun 2.

Science/Homme: Combien de consommateurs de cannabis développent des troubles liés à la consommation de cannabis?
Selon une méta-analyse, qui comprenait 21 études, 22% (18-26%) des consommateurs de cannabis ont un trouble de la consommation de cannabis et 13% (10-15%) ont une dépendance au cannabis. La dépendance au cannabis est passée à 33% chez les utilisateurs réguliers (hebdomadaires ou quotidiens).
Université du Queensland, Australie.
Leung J, et al. Addict Behav. 2020;109:106479.

Science/Animal: Le blocage des récepteurs CB1 dans une certaine région du cerveau augmente la douleur
Lors d’une étude avec des rats, le blocage du récepteur CB1 dans une certaine région du cerveau, qui est impliquée dans la perception de la douleur (substance grise périaqueducale), augmente la douleur des gencives et réduit les performances d’apprentissage et de mémoire associées. Les chercheurs ont conclu que le système endocannabinoïde dans cette région du cerveau est impliqué dans la modulation des signaux de douleur.
Centre de Recherche Cellulaire et Moléculaire, Université des Sciences Médicales Qazvin, Iran.
Sofiabadi M, et al. Behav Pharmacol. 2020 May 29.

Science/Animal: Le CBDA réduit le comportement lié à l’anxiété induit par un traumatisme
Lors d’études avec des souris, les chercheurs ont découvert que le CBD et le CBDA avaient des effets différents sur l’anxiété liée aux traumatismes. Alors que le CBD mais pas le CBDA a perturbé l’expression de la mémoire de la peur, le CBDA mais pas le CBD a normalisé le comportement généralisé lié à l’anxiété induit par le traumatisme.
Lambert Initiative for Cannabinoid Therapeutics.
Assareh N, et al. Behav Pharmacol. 2020 May 29.

Science/Homme: Dans un rapport de cas le THC a été bénéfique contre la démence sévère de la maladie d’Alzheimer
Des chercheurs autrichiens ont présenté le cas d’une patiente, qui a été diagnostiquée avec la maladie d’Alzheimer avec un déclin cognitif continu entre 2008 et 2019. En 2018, la patiente est passée au stade sévère de la MA et a présenté une anxiété progressive, des délires, une agitation, un comportement agressif et une suspicion de douleur due à une longue immobilité. Par conséquent, un traitement hors AMM avec du THC à faible dose a été initié, ce qui a facilité une réduction du traitement psychopharmacologique de six à trois psychotropes.
Département de Psychiatrie, Psychothérapie et Psychosomatique, Université médicale d’Innsbruck, Autriche.
Defrancesco M, et al. Front Psychiatry. 2020;11:413.

Science: Le récepteur cannabinoïde-2 pourrait être une cible possible pour l’infection par le coronavirus-19
Étant donné que les patients COVID-19 manifestent des réponses inflammatoires et immunitaires exacerbées, une tempête de cytokines, une prévalence de macrophages M1 pro-inflammatoires et une augmentation des niveaux de cellules immunitaires résidentes et circulantes, des chercheurs italiens ont émis l’hypothèse que l’activation du récepteur CB2 pourrait être bénéfique. Ils affirment que “la stimulation des récepteurs CB2 est connue pour limiter la libération de cytokines pro-inflammatoires, déplacer le phénotype des macrophages vers le type anti-inflammatoire M2 et améliorer les propriétés immunomodulatrices des cellules stromales mésenchymateuses”.
Université de Campanie “Luigi Vanvitelli”, Naples, Italie.
Rossi F, et al. Int J Mol Sci. 2020;21(11).

Science/Cellules: Le CBD peut réduire la viabilité de plusieurs cellules de myélome
Les chercheurs ont découvert que “le récepteur CB2 est fortement exprimé sur les cellules CIK (cytokine-induced killer) ainsi que sur les cellules MM (multiple myeloma). Le CBD a pu diminuer la viabilité des cellules tumorales et peut avoir un rôle protecteur pour les cellules CIK. ” Ils ont également constaté que des concentrations très élevées de CBD nuisaient aux cellules tueuses, de sorte que des doses inférieures à 1 µmol étaient appropriées.
Département d’Oncologie Intégrée, Centre d’Oncologie Intégrée (CIO), Hôpital Universitaire de Bonn, Allemagne.
Garofano F, et al. Int J Mol Sci. 2020;21(11).

Science: Le CBD pourrait être un potentiel traitement anti-inflammatoire contre le Covid-19
Des chercheurs canadiens discutent de l’hypothèse selon laquelle le CBD pourrait être un potentiel traitement anti-inflammatoire contre le Covid-19, qui est associé à une tempête de cytokines.
Institut de Recherche du Centre Universitaire de santé McGill, Montréal, Canada.
Costiniuk CT, et al. Cytokine Growth Factor Rev. 2020 May 20.

Science/Animal: Le CBD provoque un état prohédonique chez les rats stressés
Chez les rats qui ont subi un léger stress chronique, “le CBD a exercé un effet prohédonique”. D’autres investigations ont également montré “un effet anxiolytique ou antidépresseur du CBD, mais cela doit être confirmé”.
Université George Emil Palade de Médecine, Pharmacie, Science et Technologie de Targu Mures, Roumanie.
Gáll Z, et al. Biomolecules 2020;10(5).

Science/Homme: Le CBD et le CBG montrent des effets antioxydants et neuroprotecteurs dans les cellules du cerveau
Des études cellulaires avec des astrocytes, des cellules immunitaires du cerveau, montrent que le CBD et le CBG peuvent avoir des effets antioxydants, alors qu’ils peuvent également avoir des effets protecteurs dans les cellules nerveuses.
Département de Pharmacie, Università degli Studi “Gabriele d’Annunzio”, Chieti, Italie.
Giacomo VD, et al. Int J Mol Sci. 2020;21(10).

Science/Animal: Le CBD a pu protéger les souris contre le développement de la sclérose en plaques
Dans un modèle murin de sclérose en plaques (EAE), ” l’administration précoce et orale de CBD a protégé les souris de la maladie, mais les effets modestes sur la neuroinflammation suggèrent que d’autres mécanismes participent à l’effet neuroprotecteur du CBD dans l’EAE”.
Département des Sciences Fondamentales, Faculté de Médecine Vétérinaire, Université de l’État du Mississippi, États-Unis.
Nichols JM, et al. J Neuroimmune Pharmacol. 2020 May 21.

Science/Homme: La consommation de cannabis chez les femmes enceintes a augmenté après la légalisation dans les États américains
Une étude de cohorte rétrospective a été menée de juillet 2016 à décembre 2018 auprès de femmes enceintes ayant subi un dépistage de la consommation de cannabis avant et après la légalisation de la marijuana récréative en Californie. Les auteurs ont écrit que “les taux de consommation de marijuana chez les femmes enceintes ayant subi un dépistage universel des drogues ont augmenté après la légalisation. Il n’y avait aucune différence dans les résultats néonatals entre les utilisateurs et les non-utilisateurs. ”
Département d’Obstétrique et de Gynécologie, Université de Californie, Los Angeles, États-Unis.
Lee E, et al. J Matern Fetal Neonatal Med. 2020:1-8.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

Bulletin traduit par l’UFCM I Care à partir de la version anglaise du bulletin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *