Bulletin IACM du 03 Avril 2020

Kim UFCM Bulletins juillet 5, 2020

Opinion d’expert: Les allégations sur l’infaisabilité du cannabis avec des concentrations élevées de THC à des fins médicales ne sont pas étayées par la science

En mars 2020, le conseil d’administration de l’IACM a décidé d’installer une nouvelle catégorie dans le Bulletin de l’IACM, qui encourage à rédiger des opinions et des déclarations de chercheurs sur les rapports scientifiques actuels et des déclarations de collègues. Ces avis visent à stimuler la discussion sur des questions controversées. L’avis d’aujourd’hui est celui du Dr Franjo Grotenhermen, directeur exécutif de l’IACM, qui dirige un cabinet médical en Allemagne axé sur les traitements à base de cannabis. Il s’agit d’une allégation sur la puissance du cannabis pour le soulagement de la douleur faite par le Dr Alfonso Edgar Romero-Sandoval et ses collègues du Département d’anesthésiologie, École de médecine de l’Université de Wake Forest à Winston-Salem, États-Unis.

Selon le rapport d’une agence de presse, le Dr Romero-Sandoval a déclaré: “Nous savons que les produits à haute concentration ne devraient pas avoir leur place dans le domaine médical en raison du risque élevé de développer des troubles liés à la consommation de cannabis, qui sont liés à l’exposition à des produits contenant du THC”. Le Dr Romero-Sandoval et ses collègues ont analysé la puissance du cannabis dans 8505 échantillons de cannabis provenant de 653 dispensaires légaux aux États-Unis. Il a été annoncé qu’environ 70% des échantillons à usage médical contenaient plus de 15% de THC. Dans l’article de recherche publié dans Plos One, les auteurs affirment que ” les patients qui consomment ces produits peuvent être à risque d’intoxication aiguë ou d’effets secondaires à long terme”. Romero-Sandoval a déclaré que plusieurs études ont montré que les produits à base de cannabis contenant jusqu’à 5% de THC sont suffisants pour réduire la douleur chronique avec des effets secondaires minimes.

“Dans les pharmacies allemandes, plus de 30 variétés de fleurs de cannabis sont disponibles, dont la majorité dépassent les concentrations de 15% de THC et souvent 20%. Cela a du sens, car avec des concentrations élevées de THC, vous avez besoin de doses plus faibles de fleurs de cannabis, ce qui réduit les coûts pour les patients. Ils devraient bien sûr continuer à avoir leur place dans le traitement moderne avec des médicaments à base de cannabis. Dans un contexte médical, il n’y a aucune base scientifique pour l’hypothèse selon laquelle les produits avec une teneur en THC plus élevée sont plus dangereux que ceux avec une teneur en THC plus faible “, a déclaré le Dr Grotenhermen. “Je n’ai jamais vu de patient dont le produit du cannabis était trop puissant. Vous devez commencer par des doses très faibles, puis augmenter lentement jusqu’à la dose tolérée et nécessaire, quel que soit le produit que vous utilisez. Si vous commencez trop haut, même un produit contenant 2% de THC sera trop élevé chez les patients inexpérimentés. Nous devrions avoir un nombre pertinent de variétés de fleurs de cannabis avec des teneurs différentes en THC, CBD et autres composants du cannabis dans les pharmacies et les dispensaires.”

Cash MC , Cunnane K, Fan C, Romero-Sandoval EA. Mapping cannabis potency in medical and recreational programs in the United States. PLoS ONE 15(3): e0230167.

UPI of 26 March 2020

Science/Homme: Le THC peut être utile dans le trouble de stress post-traumatique

Lors d’une étude contrôlée par placebo avec 71 participants, composée de 3 groupes (25 témoins sains, 27 adultes exposés à un traumatisme sans trouble de stress post-traumatique et 19 patients souffrant d’un trouble de stress post-traumatique), de faibles doses de THC ont réduit la réactivité liée à la menace dans une certaine région du cerveau, la fameuse amygdale. Après la prise de placebo ou de THC, tous les participants ont subi une procédure de traitement des menaces bien établie pendant l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). L’étude a impliqué des chercheurs de différents départements de la Wayne State University de Détroit, aux États-Unis.

Le THC a réduit la réactivité de l’amygdale liée à la menace. Les auteurs ont conclu que “ces données préliminaires suggèrent que le THC module le traitement lié à la menace chez les personnes exposées à un traumatisme avec un ESPT, ce qui peut s’avérer avantageux comme approche pharmacologique pour traiter la psychopathologie liée au stress et au traumatisme”.

Rabinak CA, Blanchette A, Zabik NL, Peters C, Marusak HA, Iadipaolo A, Elrahal F. Cannabinoid modulation of corticolimbic activation to threat in trauma-exposed adults: a preliminary study. Psychopharmacology (Berl). 2020 Mar 11.

Science/Homme: L’exercice chez les patients atteints de fibromyalgie augmente les niveaux d’anandamide et diminue la douleur et la dépression

Lors d’une étude portant sur 37 femmes atteintes de fibromyalgie et 33 témoins sains, un programme d’exercices de 15 semaines a permis de réduire la douleur et d’augmenter les niveaux d’anandamide. L’étude a été menée par des scientifiques du Centre de la douleur et de la réadaptation du Département de la Santé, de la Médecine et des Sciences de la Santé de l’Université de Linköping, en Suède.

Après le programme d’exercices de 15 semaines, les niveaux d’anandamide ont été significativement augmentés chez les patients atteints de fibromyalgie. L’intensité de la douleur et les scores de dépression ont diminué et la force musculaire a augmenté. Les auteurs ont écrit que “l’augmentation de l’anandamide et la diminution de stéaroyléthanolamide chez les femmes atteintes de fibromyalgie après le programme de 15 semaines pourraient indiquer un effet chronique de l’exercice de résistance”.

Stensson N, Gerdle B, Ernberg M, Mannerkorpi K, Kosek E, Ghafouri B. Increased Anandamide and Decreased Pain and Depression after Exercise in Fibromyalgia. Med Sci Sports Exerc. 2020 Mar 10.

Science/Homme: Selon une enquête le cannabis, l’ondansétron et la prométhazine sont perçus comme les plus efficaces pour le traitement des nausées

Selon une enquête auprès de 153 patients souffrant de nausées chroniques gastro-intestinales, le cannabis et le médicament standard, l’ondansétron et la prométhazine, ont été jugés les plus efficaces pour réduire les symptômes. L’étude a été menée à la Division de Gastroentérologie et d’Hépatologie de la Faculté de Médecine de l’Université de Stanford à Redwood City, aux États-Unis. Les patients devaient évaluer l’efficacité antinauséeuse sur une échelle de 0 (aucune efficacité) à 5 (très efficace) des 29 traitements antinauséeux couramment utilisés.

Le score d’efficacité moyen de tous les traitements antinauséeux évalués était de 1,7. Après ajustement, trois traitements ont obtenu des scores supérieurs à la moyenne, dont le cannabis (2,8), l’ondansétron (2,6) et la prométhazine (2,5). Les patients souffrant de nausées plus sévères ont mieux répondu au cannabis et à la diphenhydramine et moins au métoclopramide. Les auteurs ont écrit que “lorsqu’ils traitent des nausées chez des patients atteints de syndromes gastro-intestinaux chroniques, les cliniciens peuvent envisager d’essayer d’abord des traitements plus performants, (…)”

Zikos TA, Nguyen L, Kamal A, Fernandez-Becker N, Regalia K, Nandwani M, Sonu I, Garcia M, Okafor P, Neshatian L, Grewal D, Garcia P, Triadafilopoulos G, Clarke JO. Marijuana, Ondansetron, and Promethazine Are Perceived as Most Effective Treatments for Gastrointestinal Nausea. Dig Dis Sci. 2020 Mar 17.

Science/Homme: Le CBD réduit les réactions inflammatoires chez l’homme

Lors d’une étude en double aveugle avec 10 adultes en bonne santé, des chercheurs du Laboratoire de Recherche Clinique sur l’Alimentation et la Nutrition, Département des Sciences Alimentaires et de la Nutrition Humaine, de l’Université de l’État du Colorado à Fort Collins, États-Unis, ont trouvé des effets anti-inflammatoires du CBD. Les participants ont consommé une dose unique de 30 mg, qui se situe dans la plage des doses typiques de supplément commercial, et des échantillons de sang ont été prélevés sur 6 heures pour analyser les concentrations de CBD. Les cellules mononucléaires du sang périphérique ont été collectées au départ et après 90 min, cultivées et stimulées avec un lipopolysaccharide bactérien pour induire une réponse inflammatoire.

La cytokine TNF-alpha pro-inflammatoire a diminué dans les cellules sanguines stimulées par le LPS 90 minutes après l’exposition au CBD par rapport aux cellules collectées au départ. Les auteurs ont écrit que cette “étude fournit des données pilotes pour la conception et la mise en œuvre d’études futures afin d’établir le potentiel anti-inflammatoire et la biodisponibilité d’une plus grande variété de produits commerciaux à base de CBD consommés par l’homme”.

Hobbs JM, Vazquez AR, Remijan ND, Trotter RE, McMillan TV, Freedman KE, Wei Y, Woelfel KA, Arnold OR, Wolfe LM, Johnson SA, Weir TL. Evaluation of pharmacokinetics and acute anti-inflammatory potential of two oral cannabidiol preparations in healthy adults. Phytother Res. 2020 Mar 8.

Science/Homme: Le CBD peut être efficace dans les spasmes épileptiques réfractaires

Lors d’une étude clinique ouverte avec 9 patients atteints d’épilepsie de l’enfance réfractaire, le CBD s’est révélé efficace. L’étude a été menée par des chercheurs américains de l’Université Yale de New Haven et de l’Hôpital Général du Massachusetts à Boston. Les patients ont reçu du CBD hautement purifié d’origine végétale en solution orale en plus de leurs médicaments de base à une posologie initiale de 5 mg/kg/jour, qui a été augmentée de 5 mg/kg/jour chaque semaine jusqu’à une posologie cible initiale de 25 mg/kg/jour.

Dans l’ensemble, les taux de répondeurs chez les 9 patients étaient d’environ 75 à 80% après 4 semaines de traitement. En détail, ils étaient respectivement de 67%, 78%, 67%, 56%, 78%, 78% et 78% après 2 semaines et 1, 2, 3, 6, 9 et 12 mois de traitement au CBD. Trois patients sur neuf (33%) étaient exempts de spasmes épileptiques après deux mois de traitement. Les parents ont signalé des améliorations subjectives dans les domaines cognitifs et comportementaux. Des effets secondaires, principalement de la somnolence, ont été observés chez 89% des patients.

Herlopian A, Hess EJ, Barnett J, Geffrey AL, Pollack SF, Skirvin L, Bruno P, Sourbron J, Thiele EA. 2020;106:106988.

En bref

Science: Cannabidiol pour les maladies virales: engouement ou espoir?
Un article dans le Journal officiel de l’IACM “Cannabis and Cannabinoid Research” discute de l’utilisation du CBD dans les maladies virales.
Centre de Recherche en Pharmacologie Médicale, Université d’Insubria, Varese, Italie.
Tagne AM, et al. Cannabidiol for Viral Diseases: Hype or Hope? Cannabis Cannabinoid Res. 2020 Jan 15.

Science/Homme: Remplacement du traitement aux opiacés par le cannabis chez un patient souffrant de douleur
Ce rapport décrit le cas d’une femme de 43 ans avec une lésion cérébrale traumatique qui a développé une douleur chronique et une dépendance aux opioïdes. Les auteurs ont écrit que “le cannabis médical présente des risques associés à l’administration mais est plus sûr que les opioïdes. Notre patiente a été sevrée avec succès de ses médicaments opioïdes à l’aide du cannabis médical et la douleur est restée bien contrôlée.”
Hôpital de l’Université de Pennsylvanie, Philadelphie, USA.
Caldera FE. SAGE Open Med Case Rep. 2020;8:2050313X20907015.

Australie: Début d’un essai sur l’efficacité d’un médicament à base de cannabis pour le traitement de la démence
MGC Pharmaceuticals s’est associé à l’Université de Notre Dame de Perth pour commencer un nouvel essai clinique pour son extrait de cannabis contenant du THC et du CBD, appelé “CogniCann”. L’essai impliquera un total de 50 patients atteints de démence ou de la maladie d’Alzheimer âgé de plus de 65 ans dans divers établissements de soins aux personnes âgées de Perth. L’objectif spécifique est d’évaluer les avantages comportementaux potentiels de CogniCann sur ces patients.
The West Australian of 9 March 2020

Paraguay: Douze entreprises peuvent désormais produire du cannabis médical, que les patients recevront gratuitement
Le Paraguay a délivré ses toutes premières licences de cannabis médical en février, marquant un tournant majeur pour le pays producteur de cannabis tout en soulevant des questions sur son approche de la lutte contre la culture illégale. Douze sociétés pharmaceutiques ont reçu des licences pour importer des semences destinées à la culture et à la vente de produits de cannabis à usage médical, que les patients éligibles pourront obtenir gratuitement.
Inside Crime of 16 March 2020

Science/Animal: L’huile de graines de chanvre donnée aux truies a amélioré les profils d’acides gras chez les porcelets
L’alimentation en huile de graines de chanvre a entraîné un approvisionnement direct de la mère en acides gras polyinsaturés n-3 à longue chaîne, et les porcelets ont pu convertir ces acides gras obtenus via l’apport de lait de truie en acides gras à longue chaîne plus élevés.
Département des Sciences Animales, Faculté des Sciences Techniques, Université d’Aarhus, Tjele, Danemark.
Vodolazska D, et al. J Anim Sci Biotechnol. 2020 Mar 18;11:28.

Science/Animal: La pipérine augmente de plus de deux fois la biodisponibilité du CBD
Lors d’une étude avec des rats se déplaçant librement, l’ajout de pipérine a augmenté la biodisponibilité de 2,5 fois par rapport à un groupe témoin sans pipérine.
Institut de Recherche sur les Médicaments, École de Pharmacie, Faculté de Médecine, Université Hébraïque de Jérusalem, Israël.
Izgelov D, et al. EUR J Pharm Sci. 2020 Mar 17:105313.

Science/Animal: Un agoniste des récepteurs cannabinoïdes GPR55 et GPR18 ont amélioré l’hyperactivité de la vessie
Lors d’une étude avec des rats femelles, le cannabinoïde synthétique O-1602, qui active les nouveaux récepteurs du cannabis GPR55 et GPR18, s’est révélé améliorer la suractivité du muscle de la vessie et, selon les auteurs, “peut servir de nouvelle substance prometteuse pour la pharmacothérapie des maladies de la vessie.”
Deuxième Département de Gynécologie, Université Médicale de Lublin, Pologne.
Wróbel A, et al. Molecules 2020;25(6).

Science/Homme: Une variante du gène qui code pour le récepteur CB1 est associée au syndrome de la Tourette
De nouvelles découvertes suggèrent qu’une certaine variante du CNR1, le gène qui code pour le récepteur CB1, pourrait être un facteur de risque pour le développement du syndrome de la Tourette. Ils ont écrit que la “variante peut être potentiellement associée à une transmission anormale des endocannabinoïdes”, qui est soupçonnée d’être l’une des causes du syndrome de la Tourette.
Département de Neurologie, Université Médicale de Varsovie, Pologne.
Szejko N(, et al. Front Genet. 2020 Mar 4;11:125.

Science/Cellules: Le CBD peut être protecteur dans un modèle de la maladie de Parkinson
Dans des cellules, il a été démontré que le cannabidiol exerce des effets préventifs et protecteurs dans la maladie de Parkinson en activant une certaine voie de signalisation dans ces cellules.
IRCCS Centro Neurolesi “Bonino Pulejo”, Messine, Italie.
Gugliandolo A, et al. Fitoterapia. 2020 Mar 14:104553.

Science/Homme: Le THC améliore les symptômes gastro-intestinaux chez une patiente atteinte d’une maladie intestinale chronique rare (POIC)
Les chercheurs ont signalé une femme de 19 ans, présentant une pseudo-obstruction intestinale chronique (POIC), et ayant bien réagi aux faibles doses de THC. La POIC est une conséquence rare d’insuffisance pédiatrique intestinale, nécessitant une nutrition parentérale à long terme dans la plupart des cas. Malgré une gestion optimale, certains patients éprouvent des douleurs abdominales chroniques et des épisodes obstructifs récurrents avec un impact majeur sur leur qualité de vie.
Unité de Gastroentérologie-Hépatologie-Nutrition Pédiatrique, Hôpital Necker-Enfants-Malades, Paris, France.
Zemrani B, et al. JPEN J Parenter Enteral Nutr. 2020 Mar 17.

Science/Homme: 16 après, la consommation de cannabis
16 après, la consommation de cannabis n’était pas associée à un trouble lié à l’usage de drogues Lors d’une étude, qui a utilisé des données d’enquête recueillies de 1998 à 2000 auprès de 10 345 participants âgés de 20 à 64 ans, ont été suivies pendant 16 ans “il n’y avait pas d’association indépendante entre la consommation de cannabis et les troubles de consommation de drogue ultérieurs. L’association avec les troubles ultérieurs de la consommation de drogues s’expliquait plutôt par d’autres drogues illicites, dont les consommateurs de cannabis couraient un risque plus élevé lors du suivi de trois ans.”
Institut Karolinska, Département des Sciences de la Santé Publique, Stockholm, Suède.
Rabiee R, et al. Addict Behav. 2020;106:106390.

Science: Un nombre élevé de conflits d’intérêts parmi les auteurs d’articles publiés sur le CBD
Lors d’une étude, les chercheurs ont constaté que sur 99 études sur le CBD et l’homme, réalisées depuis 2014, environ 62% avaient un conflit d’intérêts, y compris le financement de l’industrie, ou un auteur d’étude été employé par une entreprise qui commercialise des produits au CBD.
Faculté Wellesley, États-Unis.
Deary EC, et al. Ann Intern Med. 2020 Mar 17.

Science/Homme: Des niveaux plus élevés d’anandamide dans le liquide séminal étaient associés à une motilité des spermatozoïdes inférieure
Lors d’une étude menée auprès de 200 hommes, les concentrations d’anandamide dans le liquide séminal et les concentrations d’oléoyléthanolamide (OEA) dans le sérum sanguin semblaient inversement corrélées à la motilité du sperme, tandis que le palmytoyléthanolamide (PEA) était positivement lié à la concentration de sperme.
Service de Chimie Clinique & Toxicologie, Institut Central des Hôpitaux, Hôpital du Valais, Sion, Suisse.
Zufferey F, et al. Andrology. 2020 Mar 13.

Science/Homme: La consommation de cannabis n’influence pas la chirurgie gastrique contre l’obésité
Selon une analyse de 1176 patients, qui ont subi une chirurgie de perte de poids, la consommation de cannabis n’a eu aucun effet négatif sur ces résultats. Les auteurs ont conclu que la consommation de cannabis “ne devrait pas être une contre-indication à la chirurgie bariatrique”.
École de Médecine de l’Université du Maryland, États-Unis.
Shockcor N, et al. Surg Endosc. 2020 Mar 12.

Science/Animal: Grâce aux récepteurs de la sérotonine, le CBD réduit les changements de comportement dans un modèle murin de schizophrénie
Selon un modèle de souris, le CBD induit des effets de type antipsychotique en activant les récepteurs 5-HT1A (récepteurs de la sérotonine). Les auteurs ont écrit que ces recherches “indiquent que ce composé pourrait être une alternative intéressante pour le traitement des symptômes négatifs et cognitifs de la schizophrénie”.
Département de Pharmacologie, École de Médecine Ribeirao Preto, Université de Sao Paulo, Ribeirao Preto, Brésil.
da Silva NR, et al. Pharmacol Res. 2020 Mar 6:104749.

Science/Homme: Les niveaux d’anandamide sont réduits dans le liquide cérébral des patients atteints de narcolepsie
Les scientifiques ont étudié le système endocannabinoïde chez les patients atteints de narcolepsie de type 1 (6 patients) et de type 2 (6 patients) par rapport aux témoins sains. Aucune différence n’a été trouvée entre les niveaux de l’endocannabinoïde, anandamide, dans le liquide céphalorachidien chez les patients de type 2 (NT2) par rapport aux témoins et entre les niveaux de 2-AG dans tous les groupes, bien qu’une tendance vers une diminution chez les patients de type 1 (NT1) était évidente. Les auteurs “émettent l’hypothèse que le système endocannabinoïde est dérégulé dans NT1.”
IRCCS Neuromed, Centre de Médecine du Sommeil, Italie.
Romigi A, et al. CNS Neurol Disord Drug Targets. 2020 Mar 9.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

Bulletin traduit par l’UFCM I Care à partir de la version anglaise du bulletin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *