Bulletin IACM du 02 Mai 2020

Kim UFCM Bulletins juillet 5, 2020

Science/Homme: Le cannabis atténue les symptômes de sevrage des opioïdes

Selon une enquête menée auprès de 200 personnes, qui ont consommé du cannabis et des opiacés au cours du dernier mois et qui ont présenté des symptômes de sevrage aux opiacés, le cannabis atténue les symptômes de sevrage aux opiacés chez la plupart des patients et les augmente chez quelques-uns. L’étude a été menée par des chercheurs de la Faculté de Médecine de l’Université Johns Hopkins à Baltimore, aux États-Unis.

62,5% (125 personnes) des 200 participants avaient consommé du cannabis pour traiter le sevrage. Les participants ont indiqué le plus souvent que le cannabis améliorait l’anxiété, les tremblements et les troubles du sommeil. Une minorité de participants (6,0%, 12 personnes) ont indiqué une aggravation du sevrage des opioïdes lié au cannabis, en particulier des symptômes de bâillement, de larmoiement et de nez qui coule. Parmi tous les symptômes, un plus grand nombre de participants ont indiqué que les symptômes se sont améliorés avec le cannabis par rapport à ceux qui ont indiqué une aggravation des symptômes avec le cannabis. Les femmes ont signalé un soulagement plus important du sevrage avec la consommation de cannabis que les hommes.

Bergeria CL, Huhn AS, Dunn KE. The impact of naturalistic cannabis use on self-reported opioid withdrawal. J Subst Abuse Treat 2020;113:108005

Science/Homme: VIH, effets bénéfiques du cannabis sur la fonction de la barrière hémato-encéphalique

Des chercheurs de l’Université de Californie à San Diego, aux États-Unis, ont étudié 45 personnes séropositives et 30 personnes séropositives qui avaient récemment consommé du cannabis. Ils ont découvert que le cannabis pouvait avoir un impact bénéfique sur les lésions de la barrière hémato-encéphalique (BHE) associées au VIH. Ils ont évalué deux biomarqueurs de perméabilité à la barrière hémato-encéphalique.

Parmi les participants séropositifs qui ne consommaient pas de cannabis, ces deux biomarqueurs étaient plus élevés dans le liquide céphalorachidien que ceux qui consommaient également du cannabis. Les auteurs ont conclu que ” le cannabis peut avoir un impact bénéfique sur les lésions de la BHE associées au VIH. Étant donné que la perturbation de la BHE peut permettre une entrée accrue de toxines telles que les antigènes microbiens et les médiateurs inflammatoires, avec pour conséquence une lésion du SNC (système nerveux central), ces résultats confirment un rôle thérapeutique potentiel du cannabis. ”

Ellis RJ, Peterson S, Cherner M, Morgan E, Schrier R, Tang B, Hoenigl M, Letendre S, Iudicello J. Beneficial Effects of Cannabis on Blood Brain Barrier Function in HIV. Clin Infect Dis. 2020 Apr 16 

Science/Homme: La consommation de cannabis est associée à une augmentation des niveaux de testostérone chez les hommes

Une analyse de 5146 hommes a révélé que la consommation de cannabis était associée à une augmentation du niveau de testostérone par rapport aux non-utilisateurs. Ceci est le résultat d’une recherche menée au Département d’Urologie de l’Université de Chicago, aux États-Unis. Ils ont utilisé les données de la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) des années 2011-2016. Parmi les 5146 hommes intégré dans cette étude, 3027 avaient consommé du cannabis au moins une fois dans leur vie (et sont toujours consommateur). Près de la moitié des consommateurs de cannabis (49,3%) étaient considérés comme des utilisateurs réguliers de THC.

Les chercheurs ont constaté “une faible augmentation, mais statistiquement significative, de la testostérone chez les utilisateurs réguliers de THC à n’importe quel niveau d’utilisation, par rapport aux utilisateurs non-réguliers de THC (non-utilisateurs) “. Une consommation moyenne de THC était associée à la plus forte augmentation de testostérone. Les utilisateurs de cannabis en utilisant deux à trois fois par mois, démontrant la plus forte augmentation de testostérone par rapport aux non-utilisateurs. Les auteurs ont conclu que ” l’utilisation du THC est associée à de petites augmentations de la testostérone. Cette augmentation de la testostérone semble diminuer à mesure que l’utilisation du THC augmente, mais néanmoins, la testostérone est toujours plus élevée avec n’importe quelle quantité d’utilisation régulière par rapport à la testostérone chez les non-utilisateurs. ”

Fantus RJ, Lokeshwar SD, Kohn TP, Ramasamy R. The effect of tetrahydrocannabinol on testosterone among men in the United States: results from the National Health and Nutrition Examination Survey. World J Urol. 2020 Feb 17

Science/Homme: L’accès au cannabis pourrait réduire la demande d’opioïdes chez les personnes souffrant de douleur

Selon une enquête en ligne auprès de 155 patients souffrant de douleur menée par des chercheurs de la Faculté de Médecine de l’Université Johns Hopkins à Baltimore, aux États-Unis, l’accès au cannabis pourrait réduire la consommation d’opioïdes chez les patients souffrant de douleur. Les patients ont déclaré leur actuelle utilisation d’opioïdes et leur consommation de cannabis pour la gestion de la douleur lors des 30 derniers jours ont, par la suite, effectué deux tâches d’achat hypothétiques dans lesquelles seuls des grammes de cannabis ou des “unités” d’opioïdes étaient disponibles à l’achat, et deux tâches hypothétiques dans lesquelles les deux étaient simultanément disponibles et le prix d’un médicament a augmenté tandis que l’autre est resté constant.

L’intensité de la demande a été considérablement réduite et l’élasticité de la demande a été considérablement augmentée pour le cannabis et les opioïdes lorsque le produit de remplacement était disponible, bien que les réductions de la consommation de cannabis aient été plus prononcées que pour la consommation d’opioïdes en présence du produit de remplacement. Les auteurs ont conclu que leurs ” données fournissent des preuves économiques comportementales que l’accès au cannabis peut réduire modestement la demande d’opioïdes chez les personnes qui souffrent “.

Bergeria CL, Dolan SB, Johnson MW, Campbell CM, Dunn KE. Evaluating the co-use of opioids and cannabis for pain among current users using hypothetical purchase tasks. J Psychopharmacol. 2020:269881120914211

En bref

Europe/Canada: Le Covid-19 suspend les inspections EURopéennes BPF du cannabis au Canada et ailleurs
Les audits de certification des bonnes pratiques de fabrication de l’Union EURopéenne (UE-BPF) impliquant des installations de cannabis au Canada et ailleurs sont stoppés étant donné les restrictions de voyage en place dans la plupart du monde en raison de la pandémie de coronavirus. L’arrêt des audits a empêché certains producteurs de cannabis médical à l’étranger de recevoir la certification clé pour commencer à exporter vers le marché de l’UE.
Marijuana Business Daily du 6 Avril 2020

Science/Homme: Le cannabis peut être utile dans le trouble d’anxiété généralisée
Lors d’une étude de cas avec une patiente de 88 ans, l’utilisation d’huile de cannabis a réduit son anxiété généralisée et ses symptômes de vertige. L’auteur a écrit que ” ce cas montre comment la patiente a considérablement amélioré sa qualité de vie et renforce la nécessité de tests plus rigoureux sur l’utilisation du cannabis médical pour soutenir les patients et mieux gérer les symptômes associés à leurs conditions médicales”.
Services de Conseil et de Consultation, Sydney, Australie.
Walkaden C. Discoveries (Craiova). 2019;7(2):e92

Science/Homme: Le CBD oral ne se transforme pas en THC chez l’homme
Lors d’une étude portant sur 120 patients sains (60 hommes et 60 femmes), qui ont reçu 300 mg de CBD, il n’y avait pas de THC dans le plasma sanguin et les participants n’avaient aucun effet sur le THC. Les auteurs ont conclu que ” les résultats présentés ici sont cohérents avec les preuves antérieures suggérant que l’administration orale de CBD dans une formulation d’huile de maïs est une voie sûre pour l’administration de la substance active sans bioconversion en THC chez l’Homme.”
Département de Neurosciences et de Comportement, Faculté de Médecine Ribeirão Preto, Université de São Paulo, Brésil.
Crippa JAS, et al. Cannabis Cannabinoid Res. 2020;5(1):89-98

Science/Homme: Les utilisateurs de cannabis ont un indice de masse corporelle plus faible que les non-utilisateurs
Les participants à cette étude étaient 401 adolescents âgés de 14 à 17 ans au début de l’étude, et qui étaient sujet à un risque d’escalade dans leur consommation de cannabis. Les chercheurs ont étudié la consommation de cannabis et l’indice de masse corporelle (IMC). Les auteurs ont écrit que les résultats de cette étude ” montraient que l’IMC de base prédit une association positive et significative avec la pente de consommation de cannabis. De plus, il y avait une corrélation significative et négative entre la pente de consommation de cannabis et la pente d’IMC. ” Ils ont conclu que ces résultats “sont conformes à la littérature pour adultes qui rapporte une association négative entre la consommation de cannabis et l’IMC”.
Institut des Comportements Génétiques, Université du Colorado Boulder, États-Unis.
Ross JM, et al. Cannabis Cannabinoid Res. 2020;5(1):81-88

Science/Animal: Le CBD améliore la survie dans le syndrome de Dravet
Dans un modèle murin du syndrome de Dravet, une maladie génétique rare, associée à des crises d’épilepsie, le CBD a amélioré la survie et réduit plusieurs symptômes. Les auteurs ont écrit qu’ils sont “les premiers à démontrer un effet modificateur potentiel du cannabidiol sur la maladie sur des modèles animaux du syndrome de Dravet”.
École de Pharmacie, Université de Reading, Reading, Royaume-Uni.
Patra PH, et al. Br J Pharmacol. 2020 Apr 22 

Science/Animal: Des souris sans récepteurs CB1 présentent des troubles de la mémoire à un âge avancé
De nouvelles découvertes suggèrent que le manque de récepteurs CB1 chez certaines souris entraîne une fonction anormale des mitochondries dans les cellules nerveuses de l’hippocampe, une certaine région du cerveau, pendant le vieillissement. Les auteurs ont écrit que ” ces changements mitochondriaux pourraient être dus aux altérations du système de contrôle de la qualité mitochondrial, qui relient le déclin lié à l’âge, l’activité du récepteur CB1 et les troubles de la mémoire. ”
Faculté des Sciences et de l’Ingénierie, Université Waseda, Tokyo, Japon.
Kataoka K, et al. Brain Res Bull. 2020 Apr 12.

Science/Homme: Selon une revue les effets de la consommation fumée de cannabis sont différents de ceux du tabagisme
Lors d’une revue, les scientifiques mettent en évidence les différentes conséquences du cannabis et de la fumée du tabac. Ils ont résumé que ” la consommation de cannabis est associée à une résistance accrue des voies aériennes centrales, à une hyperinflation pulmonaire et à une capacité vitale plus élevée avec peu de signes d’obstruction du flux d’air ou d’altération du transfert de gaz. Il existe de nombreux rapports de maladie pulmonaire bulleuse grave et de pneumothorax chez les gros consommateurs de cannabis, mais les données épidémiologiques convaincantes d’un risque accru d’emphysème ou de destruction alvéolaire font défaut. Une association entre le cannabis et le cancer du poumon reste à prouver avec des études fournissant des résultats contradictoires. ”
Département de Médecine Respiratoire, Waikato Hospital, Hamilton, Nouvelle-Zélande.
Gracie K, et al. Addiction. 2020 Apr 14.

Science: Des adolescents qui consomment du cannabis pour s’endormir peuvent souffrir d’insomnie plus tard dans la vie
Selon une nouvelle étude, les adolescents qui consomment du cannabis pour s’endormir pourraient se préparer à l’insomnie plus tard dans la vie. Il est bien connu que de nombreuses personnes dépendent du cannabis comme somnifère. Lors d’une enquête de 2018 auprès de 1000 utilisateurs de cannabis dans le Colorado, 74% ont déclaré qu’ils l’utilisaient pour s’endormir. Dans une nouvelle étude, les chercheurs ont analysé les habitudes de sommeil et l’historique de la consommation de cannabis chez 1 882 adolescents du Colorado. Les résultats ont montré qu’environ un tiers des participants qui ont commencé à consommer du cannabis avant l’âge de 18 ans souffraient d’insomnie plus tard dans la vie. Seulement 20 % des autres participants qui ne sont jamais devenus des consommateurs réguliers de cannabis, ou ont commencé leur consommation à 18 ans ou plus, souffraient d’insomnie à l’âge adulte.
UPI du 14 Avril 2020

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

Bulletin traduit par l’UFCM I Care à partir de la version anglaise du bulletin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *