Communiqué unitaire en réaction à la déclaration de la Ministre Agnes Buzyn

Quelques jours avant la conférence internationale de l’UFCM à Paris qui aura lieu en Sorbonne, à la Faculté de Médecine, Madame la Ministre Agnès Buzyn ce 24 mai, trois des principales associations françaises engagées pour la régulation des lois en matière de drogue s’associent afin de faire valoir une opinion commune : Celle qu’il y a aujourd’hui urgence, que le sujet est incontournable et qu’il faut donc avancer en la matière. 

 

Madame la Ministre de la Santé, Agnès Buzyn s’est exprimée ce jeudi en faveur de l’ouverture d’un débat sur les cannabinoïdes en médecine. Nous saluons une prise de conscience pragmatique. Cette intervention inattendue remet au gout du jour un sujet longtemps dévoyé par les décideurs politiques.

En tant qu’associations, à la fois d’usagers, de citoyens et de professionnels, nous constatons depuis plusieurs années que l’usage médical du cannabis est une urgence. En France, les cannabinoïdes pourraient soulager plus de 276 000 patients . Le sujet est donc devenu incontournable considérant les nombreux travaux scientifiques sur la question. Nous regrettons d’ailleurs que la France reste à la traine sur ce sujet à l’heure où l’ensemble des pays voisins ont pris des dispositions législatives pour ouvrir un accès sécurisé aux patients.

La loi doit venir constater et encadrer une réalité, celle des dizaines de milliers de patients qui sont aujourd’hui considérés comme hors-la-loi. Nous ne pouvons plus accepter que des citoyens soient marginalisés alors que l’Etat devrait les protéger. L’évolution de la législation ne peut être permise qu’à la condition d’une reconnaissance d’un usage médical du cannabis. Dès lors, nous soutenons les propositions du Professeur Nicolas Authier et du Député Olivier Veran tendant à la mise en place d’un registre français du cannabis médical.

Madame la Ministre de la Santé a souhaité un débat institutionnel. Nous espérons être associés à la concertation et formulons le vœu que cette annonce soit suivie de faits dans l’intérêt supérieur des patients.

2 thoughts on “Communiqué unitaire en réaction à la déclaration de la Ministre Agnes Buzyn

  1. MULLER

    Des patients souffrent, et on ne leur permet pas de se soigner. Ma fille a eu un stress posttraumatique en plus de son handicap léger mental de naissance. Le SATIVEX nous a redonné espoir , amélioration de son état, diminution de l’excitabilité cérébrale et amélioration de l’appétit. Le Sativex permet de supprimer tous les effets secondaires des neuroleptiques, mais pour une histoire d’argent et les sommes en jeux , .on préfère faire continuer à faire souffrir tous ces patients. Les neuroleptiques ne leur rendent pas une vie normale alors que le cannabis lui à ce jour est le seul produit naturel, qui soit capable de leur rendre une vie sans souffrance et humaine. J’aimerais que mon psychiatre puisse le prescrire , comment faire ?
    Ma fille a essayé beaucoup de neuroleptiques et après de faibles ou de hautes doses, au 9eme jour elle est dans la violence. Idem pour les anti-dépresseurs. Elle ne supporte aucun de ces médicaments. Même les psychiatres ne savent plus que faire car son cerveau est très sensible et réagit mal. J’ai lu que ces personnes avaient le droit à une prescription du Sativex mais mon psychiatre me répond que seules les personnes avec sclérose en plaque en ont le droit. Merci de me dire si il y a un moyen de l’obtenir car l’excitabilité rend la personne difficilement contrôlable. Merci pour votre compréhension et votre aide.

    • Jacques UFCM

      Bonjour,
      Le SATIVEX n’est malheureusement pas disponible même pour les personnes atteintes de sclérose en plaque en France. Cependant, si vous décidez d’utiliser le CBD (cannabidiol, non psychoactif) je vous conseille d’en parler aux médecins spécialistes concernés pour leurs demander leurs avis sur cette utilisation et par rapport aux traitements de votre fille (éventuelles interactions, effets secondaires avec les traitements). Ils pourront également se renseigner à travers des revues ou articles scientifiques sur pubmed, par exemple. Vos médecins peuvent vous faire des prescriptions de CBD, comme ça vous avez une preuve que vos médecins vous soutiennent dans cette utilisation/initiative. Mais vous ne pourrez pas vous procurer du CBD en pharmacie, il ne sera donc pas remboursé…

      Si vous voulez vous procurer des produits à base de CBD vous pouvez trouver de l’huile de CBD, ou capsules de CBD sur le site de notre partenaire : https://www.alpha-cat.org/potency-tested-cbd-dietary-supplements/

      N’étant ni médecin ni pharmacien, voici les recommandations sur les produits CBD : pour la prise de l’huile de CBD c’est généralement 2 à 3 gouttes (allant jusqu’à 10 gouttes par prise) sous la langue 2 à 3 fois par jour. Pour la prise des capsules de CBD c’est généralement 1 capsule pendant les repas 2 à 3 fois par jour.

      Vous pouvez bénéficier d’un tarif préférentiel avec notre partenaire sur ses produits CBD si vous adhérez à l’UFCM-I-Care : https://www.assoconnect.com/ufcm-i-care/billetterie/offre/65360-m-adhesion

      Bien à vous,
      Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *