En 2000, lors du cinquième Congrès sur les traitements médicamenteux des infections par le VIH, les résultats d’une étude traitant des effets secondaires liés à une thérapie anti-VIH ont été présentés. Dans cette étude écossaise (Glasgow), 85 % des patients qui, en plus de leur traitement antirétroviral, ont reçu du Dronabinol pour atténuer les nausées et les vomissements, ont vu diminuer de moitié l’intensité des leurs symptômes. Les nausées et les vomissements figurent parmi les effets secondaires qui apparaissent fréquemment dus aux traitements antirétroviraux. Dans l’étude, les patients ont reçu des gélules de Marinol® contenant un mélange de Dronabinol synthétique dissout dans de l’huile de sésame. « Le Marinol® s’est révélé efficace contre les nausées pour les patients en cours de chimiothérapie. L’étude que nous vous présentons aujourd’hui révèle que le Marinol® peut également être bénéfique dans le traitement des nausées et des vomissements que présentent les personnes qui suivent un traitement anti-VIH. Il s’agit là d’une découverte de taille, car de nombreux patients ne prennent pas régulièrement les médicaments antirétroviraux afin d’éviter les effets secondaires, tels que les nausées ou les vomissements », a déclaré le directeur de l’étude, le professeur Roger Anderson de Pittsburgh (États-Unis), lors d’une conférence de presse. Dans cette étude, 27 patients ont reçu au hasard soit une dose de 2,5 mg de Dronabinol deux fois par jour (une heure avant la prise du médicament antirétroviral), soit une dose unique de 5 mg de Dronabinol par jour (avant d’aller se coucher). Une amélioration de plus de 50 % de l’intensité des symptômes (nausées et vomissements) a été observée par 93 % des patients ayant reçu deux doses quotidiennes et par 77 % des patients qui ayant reçu une dose unique le soir. L’intensité des nausées a été atténuée chez 96 % des patients.

 Laissez une réponse

  • (Se sera pas publier)