En l’an 2000, un groupe de chercheurs a découvert la raison pour laquelle, chez de nombreuses personnes, le cannabis provoque la toux tandis que chez d’autres, il la calme en même temps qu’il réduit les spasmes douloureux des bronches.
Dans un article paru dans le journal scientifique Nature, il est relaté que chez des rats et des cochons d’Inde, l’endo-cannabinoïde anandamide exerce une action calmante sur les muscles respiratoires uniquement quand ces derniers ont été préalablement contractés par une stimulation à la capsaïcine (Calignano, 2000). En revanche, si les muscles de l’appareil respiratoire sont initialement décontractés, l’anandamide peut au contraire provoquer un accès de toux. « Nous pensons pouvoir soigner des toux liées à différentes causes grâce aux effets du THC sur les récepteurs cannabinoïdes présents dans les voies respiratoires supérieures », a expliqué lors d’une interview le professeur Daniele Piomelli, un des chercheurs de l’université de Californie participant à l’étude. « Cette décou-verte est fondamentale puisqu’aujourd’hui la plupart des traitements habituels se focalisent sur une seule région du cerveau qui est le centre de la toux et qui réagit au contact de la codéine et d’autres médicaments similaires ».

TouxEn l’an 2000, un groupe de chercheurs a découvert la raison pour laquelle, chez de nombreuses personnes, le cannabis provoque la toux tandis que chez d’autres, il la calme en même temps qu’il réduit les spasmes douloureux des bronches.Dans un article paru dans le journal scientifique Nature, il est relaté que chez des rats et des cochons d’Inde, l’endo-cannabinoïde anandamide exerce une action calmante sur les muscles respiratoires uniquement quand ces derniers ont été préalablement contractés par une stimulation à la capsaïcine (Calignano, 2000). En revanche, si les muscles de l’appareil respiratoire sont initialement décontractés, l’anandamide peut au contraire provoquer un accès de toux. « Nous pensons pouvoir soigner des toux liées à différentes causes grâce aux effets du THC sur les récepteurs cannabinoïdes présents dans les voies respiratoires supérieures », a expliqué lors d’une interview le professeur Daniele Piomelli, un des chercheurs de l’université de Californie participant à l’étude. « Cette décou-verte est fondamentale puisqu’aujourd’hui la plupart des traitements habituels se focalisent sur une seule région du cerveau qui est le centre de la toux et qui réagit au contact de la codéine et d’autres médicaments similaires ».

 Laissez une réponse

  • (Se sera pas publier)