La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est une maladie neurologique caractérisée par la dégénérescence musculaire et l’affaiblissement progressif de l’ensemble des muscles. Souvent, les personnes concernées ne peuvent plus se déplacer, ni se servir de leurs mains, et parler leur devient difficile. Dans 75 % des cas, l’espérance de vie, suite au diagnostic, ne dépasse pas trois à cinq ans. Des personnalités, comme Mao Tsé-toung et l’astrophysicien britannique Steven Hawking, par exemple, ont développé cette maladie.
Comparée à la sclérose en plaques, caractérisée par une paralysie spastique des muscles, la paralysie de la SLA se présente dans la plupart des cas par un ramollissement musculaire. C’est la raison pour laquelle, le cannabis n’apporte généralement pas de bénéfice thérapeutique, à moins que la maladie ne soit accompagnée de raidissements musculaires, de spasticité ou de douleurs locomotrices. D’autres symptômes possibles de la SLA peuvent être réduits avec les produits à base de cannabis comme les difficultés respiratoires, les sécré-tions salivaires trop abondantes, les pertes d’appétit et les troubles du sommeil. Les effets antispasmodiques, antalgiques, bronchodilatateurs, sur l’appétit et réducteurs de la salivation du cannabis peuvent alors être très utiles. Dans une moindre mesure, les produits naturels du cannabis pourraient aussi être appliqués pour lutter contre les causes de la SLA (Carter, 2001). Il semblerait en effet que la surproduction des neuro-transmetteurs glutamates et la sécrétion de radicaux libres jouent un rôle majeur dans la dégénérescence des nerfs liée à la SLA. Le cannabis offre justement des effets inhibiteurs sur la production de ces deux substances.

 Laissez une réponse

  • (Se sera pas publier)