En Allemagne, près de trois millions de personnes présentent une pression intraoculaire trop élevée et 800 000 personnes souffrent de glaucome. La fréquence d’apparition du glaucome augmente avec l’âge : dans la tranche d’âge des plus de 40 ans, environ une personne sur quarante est concernée tandis que chez les plus de 75 ans, il s’agit d’une personne sur quinze. Près
Amélioration de la capacité respiratoire après inhalation de 100 μg de salbutamol (ligne continue) ou de 200 μg de THC (ligne discontinue). (Reproduction Wiliams et al., Thorax 1976; 31 (6) : 720-723.
de 10 % des cécités acquises sont dues à une perte de la vue induite par le glaucome. En Allemagne, cette maladie est la deuxième cause de cécité.
Les différents types de glaucome sont caractérisés par une dégradation lente du nerf optique. Ce processus se déroule de façon insidieuse et la plupart du temps sans douleur. C’est la raison pour laquelle le glaucome est souvent diagnostiqué tardivement, à un moment où le nerf optique est déjà fortement endommagé et où la fonction visuelle est déjà considérable-ment réduite.
La dégradation du nerf optique liée au glaucome est souvent causée par une augmentation de la pression intraoculaire. Chez les sujets sains, cette pression varie entre 10 et 21 mm de mercure. Une pression oculaire au-delà de 21 mm de mercure est souvent liée à un dysfonctionnement de l’élimination du liquide à l’intérieur du globe oculaire. La pression intraoculaire peut atteindre 30 à 40 mm de mercure, voire plus. Cette augmentation peut se produire de façon progressive, ou plus rarement en l’espace de quelques heures seulement à la suite d’une inhibition accrue de l’évacuation du liquide intraoculaire. Dans le deuxième cas, on parlera de crise aigüe de glaucome qui est généralement accompagnée de fortes douleurs au niveau de l’oeil. La pression anormalement élevée est transmise au nerf optique, via le corps vitré, une masse aqueuse qui est responsable de la forme arrondie de l’oeil. Ainsi, une forte pression exercée sur le nerf optique peut, à terme, endommager voire détruire ce dernier.
Parmi les personnes atteintes de glaucome, entre 30 et 40 % des patients présentent une lésion du nerf optique sans qu’une augmentation anormale de la pression intraoculaire en soit la cause. Dans ce cas là, on parlera de glaucome sans tension, ou maladie de Von Graefe. Pour ce type de glaucome, la véritable cause de la lésion nerveuse reste inconnue. Néanmoins, on suppose que l’un des facteurs majeurs dans l’expression de ce trouble est une mauvaise circulation sanguine dans les petits vaisseaux qui alimentent le nerf optique en oxygène et en subs-tances nutritives.
Les traitements possibles du glaucome sont les collyres ou une intervention chirurgicale, éventuellement par laser, afin d’améliorer l’évacuation du liquide intraoculaire. Cependant, les médicaments ne sont pas toujours tolérés et l’intervention chirurgicale ne réussit pas systématiquement. C’est pourquoi, en Allemagne, un certain nombre de patients atteints de glaucome recherchent les effets positifs du Dronabinol ou du cannabis.
En menant des recherches sur l’effet du cannabis sur l’oeil au début des années soixante-dix, le Dr Robert Hepler et le Dr Ira Frank de Los Angeles ont découvert par hasard que l’inhalation de cannabis diminuait la pression intraoculaire. Lors de ces études, chez les onze volontaires ayant consommé du cannabis à un dosage de 18 mg de THC, la pression intraoculaire a diminué en moyenne de 25 % une heure après l’inhalation (Hepler, 1971). Chez deux participants pratiquement aucune modification n’a pu être observée, tandis que chez les autres, une diminution significative, pouvant atteindre 45 % a été constatée. Par conséquent, l’action du THC sur la pression intraoculaire peut agir différemment selon les personnes. Ce constat a déjà été fait dans d’autres applications thérapeutiques du cannabis. Je connais personnellement 2 patientes chez qui l’application d’un dosage de seulement 5 mg de Dronabinol par jour, depuis plusieurs années, offre un effet thérapeutique considérable pour réduire une pression intraoculaire trop élevée. Chez d’autres patients aucun effet n’a pu être enregistré, même à un dosage plus important. D’autres essais ont été conduits avec le THC sous forme de collyres, puisque de nombreux récepteurs cannabinoïdes se trouvent au niveau des yeux. C’est d’ailleurs au travers de l’application locale par gouttes que l’on peut empêcher au mieux les effets psychotropes du cannabis. Or le THC, tout comme d’autres cannabinoïdes, n’est pas solubles dans l’eau et il est difficile de trouver un excipient adapté. Les essais d’applications locales n’ont pas eu le succès thérapeutique escompté. Actuellement aucun traitement de ce type n’est disponible.
Des études ont pourtant révélé que le THC réduit la production du liquide intraoculaire tout comme il augmente l’écoulement de ce dernier. En plus de l’effet réducteur de la pression intraoculaire, les cannabinoïdes offrent également d’autres effets bénéfiques permettant de préserver la capacité visuelle (Pate, 2001). En effet des récepteurs cannabinoïdes sont localisés sur les vaisseaux sanguins. Les cannabinoïdes ont un effet dilatateur de ces petits vaisseaux permettant ainsi une meilleure irrigation sanguine. Ils jouent également le rôle de capteur de radicaux libres et d’antagoniste de la libération de glutamates protégeant ainsi les nerfs (Hampson, 2001). Le glutamate est l’un des neurotransmetteurs libéré en grande quantité lors d’une mauvaise circulation sanguine, accompagnée d’un manque d’oxygène et de substances nutritives pouvant conduire à une intoxication de l’organisme, et par conséquent, à une dégénérescence progressive du nerf optique (neurotoxicité). C’est la raison pour laquelle, les cannabinoïdes offrent également un bénéfice thérapeutique considérable en cas de glaucome dit sans tension. Dans ce cas, il est toujours conseillé de baisser préventivement la pression intraoculaire, même si elle se situe à un niveau normal.

4 Réponses à “Cannabis et Glaucome”

  1. Saubois

    Bonjour,

    Atteint d’un glaucome sévére à l’œil droit, mon ophtalmologue m’a dit que le cannabis pouvait avoir des vertus concernant la diminution de la PIO… je recherche donc un médecin (en.France ou à l’étranger) qui pourrait me renseigner sur la posologie à adopter ainsi que sur les variétés les plus intéressante dans cette application thérapeutique. La façon de le consommer m’intéresse également surtout pour que ce traitement n’influ pas sur la vie de famille et professionnelle.
    Bien cordialement

    Répondre
    • Jacques

      Bonjour,

      Si vous voulez utiliser la plante en elle-même je vous conseille la vaporisation qui est meilleure que la fumé de joint car la température de la vaporisation est plus faible et détruit moins les cannabinoïdes. Ainsi ils peuvent être absorbé en plus grande quantité et sans les mauvaises molécules présentes dans le tabac ou par la consumation d’un joint (env 600C). Le Mighty est un vaporisateur de poches approuvé pour l’utilisation médicale. Pour la plante je pense que le mieux serait des variétés à fortes concentration de CBD (composant non psychoactif du cannabis), comme le chanvre, ou avec des concentration avec autant de CBD que de THC. Sinon, toutes plantes peuvent fonctionner mais si vous n’avez jamais consommé de cannabis les effets peuvent être surprenant si vous avez des plantes avec des grands taux de THC. Pour les températures d’utilisation du vaporisateur le mieux est 160-180C.
      Pour les appareils de vaporisation vous pouvez regarder le site de notre partenaire Volcano : https://www.volcanovaporizer.com/shop_eu/fr/

      Si vous décidez d’utiliser le du cannabis pour votre glaucome je vous conseille d’en parler à votre ou vos médecins pour leur(s) demander leur(s) avis sur cette utilisation et vos traitements (éventuelles interactions, effets secondaires). Ils pourront également se renseigner à travers des revues ou articles sur pubmed, par exemple. Voici une publication scientifique sur les cannabinoïdes et les galuacomes : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1772142/

      Je me permet cependant de vous rappeler que si vous décidez de vous procurer du cannabis même dans un cadre thérapeutique, son achat et sa consommation restent illégale en France… En aucun cas l’UFCM ne pourra être portée pour responsable.

      Bien à vous,
      Jacques

      Répondre
      • Saubois

        Merci Jacques pour ces conseils. J’avais également pensé à la vaporisation comme moyen de le consommer. J’étais fumeur régulier dans ma jeunesse mais j’ai arrété depuis 6-7ans maintenant. Donc les effets sont connus. Cependant varient-ils avec la vaporisation ? ( jamais essayé cette méthode)

        Je partage entiérement votre avis sur la nécessité d’en parler à un médecin avant..
        D’où ma question sur la posologie, car c’est là un point important il me semble, je vois que les études menées utilisait 18mg de THC mais il est également dit que les effets sur la PIO varient selon la dose… donc si quelqu’un peut m’aider sur ce point, Merci d’avance, je pensais trouver un médecin spécialisé à l’étranger car en France personne ne connaîtra ce genre d’info il me semble!

        Il va également de soi que l’UFCM, n’a en rien encouragé cette décision, je suis conscient de la législation de mon pays concernant l’usage thérapeutique du cannabis. Légérement en retard et en décalage avec la population…

        Bien à vous

        Répondre
        • Jacques

          Bonjour,

          Les effets de high sont un peu différents, mais si vous avez déjà expérimenté l’utilisation de la plante cela ne devrait pas vous surprendre plus que ça, juste sans doute le temps de vous réhabituer à la plante. Si vous utiliser le Mighty, les capsules de recharge, où vous mettez l’herbe effrité, sont calibrés à 100mg ou 50mg de plante (pas de THC ou autre, juste le poids de l’herbe) et cela est suffisant comme si vous preniez un médicament.

          Bien à vous,
          Jacques

          Répondre

 Laissez une réponse

  • (Se sera pas publier)