Cannabis et Asthme

Dans les années soixante-dix, des études cliniques ont été conduites avec du THC et d’autres cannabinoïdes auprès d’asthmatiques et de sujets bien portants. Dans une de ces études, des réactions asthmatiques ainsi que des contractions douloureuses des bronches ont été provoquées après inhalation chez huit patients (Tashkin, 1975). Dans les dix minutes qui ont suivi l’inhalation de cannabis, les spasmes se sont atténués. Néanmoins, il n’est pas recommandé de fumer du cannabis à cause de son effet irritant sur les muqueuses. En revanche, il peut très bien être utilisé par voie orale, par exemple en thé ou mélangé dans des gâteaux. Puisque dans le traitement de l’asthme, le mécanisme d’action du THC est différent de celui des remèdes communs, il est tout à fait possible d’associer le THC à d’autres formes de traitement. En 1984, une étude a révélé que l’effet thérapeutique reste constant à un dosage de 20 mg de THC oral pendant vingt jours. Cela démontre qu’il est possible d’administrer le THC même à long terme (Gong, 1984).
De plus, les actions antiallergiques et anti-inflammatoires du THC peuvent également être très bénéfiques dans le traitement de l’asthme.

Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter et recevoir toutes les dernières actualités du cannabis médicinal et de l'association UFCM, indiquez votre adresse email ci-dessous: