Cannabis et Accident vasculaire cérébral (AVC) et traumatisme crânien

Les cannabinoïdes bloquent le processus de dégénérescence des cellules nerveuses lors de la phase aigüe d’un accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’un traumatisme crânien. En Allemagne, chaque année près de 150 000 personnes subissent de tels accidents graves. Parmi elles, 50 000 personnes meurent à la suite de l’accident et 50 000 personnes restent handicapées à vie. Les traitements médicamenteux disponibles à ce jour pour limiter les effets graves sur la santé n’offrent pas de résultats satisfaisants. Il faut noter que les heures et les jours qui suivent l’accident cérébral sont décisifs quant à l’évolution de la maladie et aux séquelles. La libération excessive de glutamates, les principaux neurotransmetteurs excitateurs, joue un rôle primordial dans la dégénérescence des cellules. Les conséquences sont, par exemple, la sur-activation des divers récepteurs et la libération de nombreux enzymes. On pourrait même dire que les cellules s’activent à l’extrême. D’autres facteurs, comme le processus inflammatoire et la production de radicaux libres, participent au développement de la dégénérescence cellulaire. Outre des troubles de la circulation sanguine, accompagnés localement par un manque d’oxygène et de substances nutritives (par exemple lors d’un AVC), on doit aussi ajouter des réactions en chaîne provoquées par toutes les étiologies aboutissant à une ischémie cérébrale : un arrêt cardiaque, un manque d’oxygène localisé en cas d’arrêt respiratoire ou ses équivalents, une lésion cérébrale traumatique.
Si des cellules nerveuses en culture sont mises en contact avec une concentration élevée de glutamate, les lésions cellulaires provoquées sont plus importantes que si on y ajoute en plus un cannabinoïde comme le CBD ou le THC (Hampson, 2001). Les cannabinoïdes offrent notamment un important effet anti-oxydant capable de protéger le matériel génétique, les protéines et les membranes cellulaires de la forte puissance destructrice des radicaux libres des structures cellulaires essentielles (Hampson, 2001).

Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter et recevoir toutes les dernières actualités du cannabis médicinal et de l'association UFCM, indiquez votre adresse email ci-dessous: