Bulletin IACM du 26 Août 2018

Jacques UFCM Actualités août 28, 2018

Science/Homme: Aux États-Unis, les lois sur le cannabis médical sont associées à une sécurité accrue sur le lieu de travail

Lors d’une vaste étude, des scientifiques ont démontré que la légalisation de l’usage médical du cannabis améliorait la sécurité des travailleurs âgés de 25 à 44 ans. Les enquêteurs du Département d’Économie et d’Économie agricole de l’Université de l’État du Montana à Bozeman, États-Unis, ont analysé les 50 États ainsi que le District de Columbia pour la période 1992-2015.

Les auteurs ont écrit que “la légalisation de la marijuana à des fins médicales a été associée à une réduction de 19,5% du nombre attendu de décès au travail chez les travailleurs âgés de 25 à 44 ans (…). L’association entre la légalisation de la marijuana à des fins médicales et les décès au travail chez les travailleurs âgés de 16 à 24 ans, bien que considéré comme négative, n’était pas statistiquement significative sur un plan conventionnel. L’association entre la légalisation de la marijuana à des fins médicales et les décès sur le lieu de travail chez les travailleurs âgés de 25 à 44 ans s’est renforcée au fil du temps. Cinq ans après leur entrée en vigueur, les lois sur la marijuana à des fins médicales ont été associées à une réduction de 33,7% du nombre attendu de décès sur le lieu de travail.”

Anderson DM, Rees DI, Tekin E. Medical marijuana laws and workplace fatalities in the United States. Int J Drug Policy. 2018;60:33-39.

Science/Homme: Le risque de dépendance chez les gros consommateurs de cannabis aux États-Unis a diminué au cours des 15 dernières années

Le risque de dépendance chez les gros consommateurs de cannabis semble avoir diminué entre 2002 et 2016. C’est le résultat principal d’une étude publiée dans la revue Drug and Alcohol Dependence par des chercheurs de la RAND Pardee Graduate School de Santa Monica, aux États-Unis. Ils ont utilisé des données rassemblées à partir de l’enquête nationale sur l’usage de drogues et la santé (2002-2016). Les taux de dépendance auto déclarée et les symptômes constitutifs ont été calculés pour les gros consommateurs de cannabis.

La dépendance chez les gros consommateurs de cannabis a diminué de 39%. Parmi les symptômes de dépendance que l’on reconnait à la consommation de cannabis, la plupart ont significativement baissé : réduction des activités importantes ; l’utilisation malgré des problèmes émotionnels, mentaux ou physiques ; l’échec des tentatives de réduction ; le temps pour obtenir, utiliser ou se procurer de la marijuana; omettre de respecter les limites d’utilisation. La tolérance signalée n’a montré aucun changement significatif. Les auteurs ont conclu que, “bien que l’on ne sache pas pourquoi, le risque de formation de dépendance chez les gros consommateurs de marijuana semble avoir diminué depuis 2002”.

Davenport S. Falling rates of marijuana dependence among heavy users. Drug Alcohol Depend. 2018;191:52-55.

Science/Homme: Les patients qui souffrent d’insomnie ont amélioré leur sommeil grâce à l’utilisation du cannabis

L’utilisation de fleurs de cannabis chez 409 personnes présentant une condition spécifique d’insomnie a entraîné une amélioration significative de leur sommeil. L’étendue des effets thérapeutiques dépend de la variété de cannabis. Ce sont les résultats d’une recherche menée au Département de Psychologie de l’Université du Nouveau-Mexique à Albuquerque, aux États-Unis. Les patients ont effectué 1 056 séances d’administration de cannabis médical au cours desquelles ils ont évalué les niveaux de gravité de l’insomnie avant et après la consommation.

Les participants ont montré une réduction de la gravité des symptômes de -4,5 points en moyenne sur une échelle analogique visuelle de 0 à 10 points. L’utilisation de pipes et de vaporisateurs était associée à un plus grand soulagement des symptômes et à des effets secondaires plus positifs que l’utilisation de cigarettes au cannabis. Le CBD était associé à un plus grand soulagement des symptômes que le THC. Les fleurs de cannabis sativa étaient associées à des effets secondaires plus négatifs que les fleurs de cannabis indica ou des sous-types de plantes hybrides.

Vigil JM, Stith SS, Diviant JP, Brockelman F, Keeling K, Hall B. Effectiveness of Raw, Natural Medical Cannabis Flower for Treating Insomnia under Naturalistic Conditions. Medicines (Basel). 2018;5(3).

Science/Homme: Une vaste étude sur le CBD chez des patients atteints d’épilepsie démontre une bonne sécurité à long terme du médicament

Lors d’une étude ouverte menée auprès de 72 enfants et de 60 adultes présentant différentes formes d’épilepsie résistantes aux traitements, les effets indésirables ont diminué avec le temps. Des scientifiques du Département de Neurologie de l’Université de l’Alabama à Birmingham, aux États-Unis, ont écrit que leur étude prospective ouverte du CBD sur l’épilepsie résistante aux traitements “apporte des preuves d’améliorations significatives du profil des effets indésirables, de la sévérité sur l’échelle de Chalfont, et de la fréquence des crises à 12 semaines et qui se maintiennent pendant la durée du traitement de 48 semaines.”

Les patients ont commencé avec une dose de 5 mg/kg/jour et ont titré jusqu’à une dose maximale de 50 mg/kg/jour. Les données ont été analysées lors du recrutement et lors des semaines 12, 24 et 48. Pour tous les participants, les événements indésirables ont diminué entre le début du traitement et la 12e semaine avec un score stable maintenu par la suite. La fréquence des crises a diminué après 2 semaines, partant d’une moyenne de 144,4 au début du traitement à 52,2 à la 12e semaine puis les scores sont restés stables par la suite.

Szaflarski JP, Bebin EM, Cutter G, DeWolfe J, Dure LS, Gaston TE, Kankirawatana P, Liu Y, Singh R, Standaert DG, Thomas AE, Ver Hoef LW; UAB CBD Program. Cannabidiol improves frequency and severity of seizures and reduces adverse events in an open-label add-on prospective study. Epilepsy Behav. 9 Août 2018.

En bref

Science/Homme: Des cliniciens israéliens spécialistes de la douleur considèrent le cannabis comme un traitement efficace de la douleur chronique
Selon une enquête menée auprès de 79 spécialistes enregistrés actifs de la douleur en Israël avec une expérience “dans la prescription de cannabis sur de longues périodes, ils le considèrent comme un traitement efficace et relativement sûr de la douleur chronique, selon leurs propres expériences.” Les auteurs ont noté que leurs “réponses suggèrent un changement possible de paradigme de l’utilisation du cannabis comme dernier recours”. Presque tous les spécialistes de la douleur ont prescrit du cannabis. Parmi eux, 63% trouvent que le cannabis est soit modérément soit très efficace, 56% estiment qu’il a des effets secondaires légers ou nuls, et 5% seulement le considèrent comme nocif.
Institut de Médecine de la Douleur, Centre Médical Sourasky de Tel Aviv, Israël.
Sharon H, et al. J Pain Res. 2018;11:1411-1419.

Science/Homme: Les cannabinoïdes peuvent être utiles dans le glioblastome
Parmi les produits naturels, qui peuvent avoir des effets antitumoraux sur le glioblastome, une tumeur cérébrale agressive, on trouve les cannabinoïdes, les terpènes et la curcumine, car, selon les auteurs, “il a été démontré que beaucoup ont eu un effet significatif sur la diminution du progrès de glioblastome grâce à des mécanismes connus.”
Faculté des Sciences, Université australienne du Chili, Valdivia, Chili.
Erices JI, et al. Phytother Res. 15 Août 2018.

Science/Homme: Le CBD est efficace chez les enfants atteints d’épilepsie
Les chercheurs ont examiné l’expérience avec les 40 premiers enfants inscrits au programme d’accès à la compassion de New South Wales (Australie) pour les enfants atteints d’épilepsie résistante au traitement. Les auteurs ont écrit que “les soignants de 12 enfants estimaient que la santé globale de leurs enfants s’était beaucoup ou très améliorée.”
Réseau des Hôpitaux pour Enfants de Sydney, Australie.
Chen KA, et al. Med J Aust. 13 Août 2018.

Science/Homme: Résultats d’une enquête auprès de patients australiens qui se soignent avec du cannabis
La plupart des 1748 participants à une enquête menée en Australie étaient des hommes (68,1%) et des travailleurs (56,6%), âgés en moyenne de 37,9 ans et présentant une période moyenne de consommation de cannabis médical de 9,8 ans. Les causes les plus fréquentes de consommation de cannabis médical étaient l’anxiété (50,7%), les maux de dos (50,0%), la dépression (49,3%) et les problèmes de sommeil (43,5%).
Université de Sydney, Australie.
Lintzeris N, et al. Med J Aust. 13 Août 2018.

Science/Animal: L’utilisation du CBD chez les chiens souffrant d’arthrite était efficace et sûre
Lors d’une étude contrôlée par placebo menée auprès de 22 chiens souffrant d’arthrose, le CBD à une dose de 2mg/kg deux fois par jour a augmenté le confort et l’activité des animaux. Aucun effet secondaire n’a été signalé par les propriétaires. Chaque traitement a duré 4 semaines avec une période de sevrage de 2 semaines.
Faculté de Médecine vétérinaire, Université Cornell, Ithaca, États-Unis.
Gamble LJ, et al. Front Vet Sci. 2018;5:165.

Science/Animal: Aucun effet négatif du THC sur le processus de reproduction chez l’homme
Dans une étude avec des souris mâles, qui ont reçu 10 mg de THC par kg de poids corporel par jour pendant une période de 30 jours, il n’y avait aucune preuve d’effets négatifs sur la reproduction par rapport au groupe témoin, y compris aucune influence sur le poids des testicules, la motilité des spermatozoïdes ou la concentration en spermatozoïdes. Les auteurs ont conclu que leur “travail contredit la croyance que la consommation de THC a un effet négatif sur les processus de reproduction masculins.”
Département de Reproduction animale, INIA, Madrid, Espagne.
López-Cardona AP, et al. Biochem Pharmacol. 3 Août 2018.

Science/Animal: Le cannabidiol et le cannabidivarine peuvent être utiles dans la dystrophie musculaire
Dans les cellules musculaires de patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne, certains cannabinoïdes (CBD, CBDV) ont favorisé la formation de myotubes, en développant des fibres musculaires squelettiques. Dans un modèle murin de dystrophie musculaire, ces cannabinoïdes ont empêché la perte d’activité locomotrice. Les auteurs ont écrit que leurs recherches pourraient mener à la prévention de la dégénérescence musculaire chez les patients atteints de dystrophie musculaire de Duchenne.
Groupe de Recherche sur les Endocannabinoïdes, Conseil National de la Recherche, Pozzuoli, Italie.
Iannotti FA, et al. Br J Pharmacol. 3 Août 2018.

Science/Animal: Le système endocannabinoïde impliqué dans le maintien de l’homéostasie dans l’intestin
L’afflux de certains globules blancs (neutrophiles) dans la lumière intestinale est associé à de graves dommages de la muqueuse lors des maladies inflammatoires de l’intestin. L’activation du récepteur CB2 est impliquée dans l’inhibition de cet afflux et le maintien de l’homéostasie dans l’intestin sain.
École de Médecine de l’Université de Massachusetts, Worcester, États-Unis.
Szabady RL, et al. J Clin Invest. 13 Août 2018.

Science/Animal: Les endocannabinoïdes peuvent améliorer la mémoire malgré une exposition à l’alcool
Selon une étude portant sur des rats, l’augmentation des taux d’endocannabinoïdes due à un blocage de la FAAH (hydrolase des amines d’acides gras) pourrait être associée à une amélioration de la mémoire malgré une exposition à l’éthanol.
Hôpital Universitaire de Malaga, Espagne.
Rivera P, et al. Biochem Pharmacol. 8 Août 2018.

Science/Animal: Une fonction perturbée du récepteur CB1 exacerbe les symptômes de type Alzheimer chez la souris
Selon la recherche sur les animaux, le dysfonctionnement du récepteur CB1 “pourrait expliquer l’accélération des troubles de la mémoire observés”. Les auteurs ont écrit que leurs recherches “suggèrent un rôle crucial pour le récepteur CB1” et la progression des événements pathologiques liés à la maladie d’Alzheimer.
Université de Barcelone-IDIBELL, Hôpital de Llobregat, Espagne.
Aso E, et al. Biochem Pharmacol. 7 Août 2018.

Science/Animal: Le blocage du récepteur CB2 réduit la fibrose rénale
Dans les modèles animaux de fibrose rénale, une substance synthétique (XL-001), qui se lie au récepteur CB2 et se comporte comme un agoniste inverse améliorant la fibrose rénale et l’inflammation. Les auteurs ont écrit que ce roman agoniste inverse “pourrait fournir une stratégie dans la lutte contre les fibroses rénales”.
Centre National de Recherche clinique sur les Maladies rénales, Division de Néphrologie, Hôpital Nanfang, Université de Médecine du Sud, Guangzhou, Chine.
Zhou L, et al. Kidney Int. 6 Août 2018.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

Bulletin traduit par l’UFCM à partir de la version anglaise du bulletin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *