Bulletin IACM du 21 Juin 2018

Jacques UFCM Actualités juin 24, 2018

Monde/ONU: Le Comité d’Experts sur la Pharmacodépendance de l’OMS examine la situation du cannabis dans les traités internationaux sur les drogues

70 ans après la création de l’Organisation mondiale de la Santé en 1948, son comité d’experts sur la toxicomanie a commencé à analyser les dangers et les avantages du cannabis pour la santé. Leurs conclusions sont susceptibles de changer les lois internationales. La 40e réunion de l’ECDD (Comité d’Experts sur la Pharmacodépendance) a débuté par une audition de patients, de médecins et d’experts dans le domaine. L’IACM a été invité à participer avec une déclaration vidéo. En outre, des représentants d’organisations non gouvernementales, parmi lesquels Michael Krawitz, patient représentant de l’IACM, ont présenté une déclaration écrite prolongée.

Dans les années 1950, l’OMS a donné son feu vert à l’inclusion du cannabis dans les listes de contrôle des drogues les plus strictes des Nations Unies. Ces listes classent le cannabis et ses dérivés comme «particulièrement susceptibles d’en être abusé et de fournir des effets nocifs» avec «peu ou très peu d’effets thérapeutiques». Une véritable revue scientifique officielle du cannabis n’a jamais été faite – bien que l’OMS, par mandat, ait été responsable depuis les années 1960 d’entreprendre des évaluations des risques de tous les médicaments qui ont un potentiel de dépendance ou d’abus et qui sont en outre mandatés depuis les années 2000 pour mettre à jour ses examens tous les 20 ans.

Quarantième réunion du Comité d’Experts de la Pharmacodépendance de l’OMS
Communiqué de presse de la FAAAT du 7 Juin 2018
Joint Civil Society Contribution
Présentation vidéo de l’IACM à la réunion de l’ECDD du 4 Juin 2018

Science/Homme: Les patients souffrant de douleurs remplacent souvent les opioïdes par du cannabis

Lors d’un sondage mené auprès de 2032 patients, consommant du cannabis à des fins thérapeutiques, les opioïdes étaient souvent remplacés par du cannabis. Selon l’étude de scientifiques américains et canadiens, 21 maladies ont été traitées au cannabis et les syndromes douloureux représentaient 42,4%. Ils se sont concentrés sur le traitement de 505 patients souffrant de céphalées, qui répondaient pour la plupart (88%) aux critères de la migraine.

La plupart des patients souffrant de céphalées préféraient les souches hybrides, c’est-à-dire les souches à la fois Sativa et Indica. La souche qui a été préférée avait de fortes concentrations en THC et de faibles concentrations en CBD. Elle contient des concentrations élevées des terpènes bêta-caryophyllène et bêta-myrcène, qui ont des propriétés anti-inflammatoires et analgésiques.

Baron EP, Lucas P, Eades J, Hogue O. Patterns of medicinal cannabis use, strain analysis, and substitution effect among patients with migraine, headache, arthritis, and chronic pain in a medicinal cannabis cohort. J Headache Pain. 2018;19(1):37.

Science/Homme: Le palmitoylethanolamide améliore le traitement des enfants autistes lors d’une étude clinique

Selon une étude clinique portant sur 70 enfants atteints d’autisme, l’ajout de l’endocannabinoïde PEA (palmitoylethanolamide) au traitement habituel avec des neuroleptiques a amélioré certains symptômes de la maladie. Les scientifiques de l’Université des Sciences médicales de Téhéran, en Iran, ont publié leurs recherches sur ces enfants âgés de 4 à 12 ans dans le Journal of Psychiatric Research. Ils ont étudié, par rapport au placebo, l’ajout de PEA à la rispéridone sur le comportement des enfants pendant une période de traitement de 10 semaines.

La combinaison de PEA et de rispéridone a amélioré l’irritabilité et l’hyperactivité mesurées avec un test standard, l’ABC-C (Aberrant Behaviour Checklist-Community Edition). Il y avait également une tendance à une amélioration du discours inapproprié à la fin de l’essai pour le PEA par rapport au placebo. Les auteurs ont écrit que “le PEA peut augmenter les effets thérapeutiques de la rispéridone sur l’irritabilité et l’hyperactivité liées à l’autisme.”

Khalaj M, Saghazadeh A, Shirazi E, Shalbafan MR, Alavi K, Shooshtari MH, Laksari FY, Hosseini M, Mohammadi MR, Akhondzadeh S. Palmitoylethanolamide as adjunctive therapy for autism: Efficacy and safety results from a randomized controlled trial. J Psychiatr Res. 2018;103:104-111.

En bref

Science/Homme: L’utilisation du cannabis était associée à une légère augmentation de l’insuffisance cardiaque et de l’accident vasculaire cérébral
À l’aide d’une vaste base de données de patients américains, les scientifiques ont découvert que l’usage de cannabis augmentait le risque d’insuffisance cardiaque de 10% et d’événements vasculaires cérébraux, par exemple d’AVC, d’environ 24%.
Centre Médical Einstein, Philadelphie, États-Unis.
Kalla A, et al. J Cardiovasc Med (Hagerstown). 6 Juin 2018.

Science/Animal: L’ajout de cannabinoïdes aux opioïdes améliore la tolérance du traitement aux opiacés chez les singes
L’addition de THC ou d’un cannabinoïde synthétique (CP-55,940) à la morphine et au fentanyl n’a pas augmenté les effets négatifs des opioïdes sur la respiration, mais a amélioré les effets analgésiques. Les auteurs ont conclu que “la fenêtre thérapeutique est plus grande pour les opioïdes lorsqu’ils sont combinés avec des agonistes des récepteurs aux cannabinoïdes, indiquant un avantage possible pour ces mélanges de médicaments dans le traitement de la douleur. ”
Centre des Sciences de la Santé de l’Université du Texas à San Antonio, États-Unis.
Weed PF, et al. EUR J Pharmacol. 26 Mai 2018;833:94-99

Science/Homme: Efficacité à long terme d’un spray de cannabis dans le traitement de la spasticité due à la sclérose en plaques
Lors d’une étude menée auprès de 106 patients atteints de SEP, qui ont répondu à un traitement par le Sativex pendant 4 semaines et reçu le traitement au spray de cannabis ou un placebo pendant 12 semaines en plus de leur médicament habituel, le cannabis “a fourni de meilleurs résultats cliniques, une amélioration significative de la spasticité de SEP résistante par rapport à l’ajustement de la médication antispasmodique de première ligne seule. ”
Hôpital de Thomayer, Prague, République Tchèque.
Markovà J, et al. Int J Neurosci. 2018:1-26.

Science/Cellules: Effets des cannabinoïdes sur le cancer du rein
Le cannabinoïde synthétique WIN-55,212-2 a induit la mort cellulaire des cellules cancéreuses du rein, et cet effet est resté le même après le blocage des récepteurs CB1 et CB2 par l’utilisation d’antagonistes appropriés.
Institut Militaire de Médecine, Varsovie, Pologne.
Khan MI, et al. BMC Cancer. 2018;18(1):583.

Science/Homme: Les normes sociales entourant l’usage médical du cannabis demeurent défavorables à de nombreux utilisateurs au Canada
Malgré le fait que l’usage médical du cannabis soit légal au Canada depuis plus de 10 ans, une enquête auprès de 276 patients, qui consomment du cannabis à des fins thérapeutiques, a montré qu’il y a toujours des problèmes d’acceptation. Seulement 38% ont perçu le soutien de leur médecin, tandis que le soutien de la famille et des amis (66,3%) était beaucoup plus élevé.
École de Santé publique et Systèmes de Santé, Université de Waterloo, Waterloo, Canada.
Leos-Toro C, et al. Drug Alcohol Rev. 5 Juin 2018.

Science/Animal: Le mécanisme d’action des effets antidépresseurs du CBD
Lors d’une étude sur des souris, le CBD a montré des effets antidépresseurs rapides. Et cet effet était associé à des niveaux élevés de BDNF (facteur neurotrophique dérivé du cerveau) dans certaines régions du cerveau (cortex préfrontal médial, hippocampe). Les auteurs ont écrit que leurs données “soutiennent un profil thérapeutique prometteur pour le CBD en tant que nouveau médicament antidépresseur à action rapide. ”
Université de São Paulo, Ribeirão Preto, Brésil.
Sales AJ, et al. Mol Neurobiol. 4 Juin 2018.

Science/Homme: Selon une revue les cannabinoïdes peuvent être utiles dans les troubles du sommeil
Selon une revue, les cannabinoïdes peuvent être efficaces dans certaines parasomnies. Les parasomnies sont une sorte de troubles du sommeil caractérisés par des mouvements anormaux, des comportements, des perceptions, des émotions et des rêves, par exemple le bruxisme.
Unité de Médecine du Sommeil et des Epilepsies, Fondation IRCCS Mondino, Pavie, Italie.
Manni R, et al. Curr Treat Options Neurol. 2018;20(7):26.

Science/Homme: Le début de la consommation de cannabis n’a aucun effet sur la performance cognitive dans la psychose
Dans une étude portant sur 349 patients avec un premier épisode de psychose, dont 38,7% utilisaient du cannabis, la drogue n’avait aucune influence sur la cognition. Parmi eux, 53 ont commencé à consommer du cannabis tôt (avant l’âge de 16 ans) et 82 ont commencé plus tard. Les patients ont été suivis pendant 3 ans. Les auteurs ont écrit qu’il n’y avait aucune “différence entre le groupe précoce et les deux autres groupes dans la performance cognitive à long terme, même s’ils continuaient à consommer du cannabis au cours des trois premières années de progression de la maladie. ”
Hôpital Universitaire, Département de Psychiatrie, Université de Cantabrie, Santander, Espagne.
Setién-Suero E, et al. Schizophr Res. 31 Mai 2018.

Science/Animal: Le naltrexone et le CBD agissent en synergie pour réduire la consommation d’alcool
Lors d’une étude avec des souris, de faibles doses de naltrexone et de cannabidiol (CBD) ont réduit la consommation d’alcool. Les auteurs ont écrit que “la combinaison de faibles doses de CBD et de NTX était plus efficace pour réduire la consommation d’éthanol et la motivation à boire. ”
Institut des Neurosciences, Université d’Alicante, Espagne.
Viudez-Martínez A, et al. Br J Pharmacol. 2 Juin 2018.

Science/Homme: Un spray de cannabis a des effets positifs sur les activités de la vie quotidienne chez les patients atteints de sclérose en plaques
Selon une analyse rétrospective, les patients traités au spray de cannabis Sativex, 96,9% des participants ont eu une impression globale positive de changement au cours du temps de traitement (moyenne: 31,9 mois). Les activités de la vie quotidienne, par exemple la capacité de se tenir debout, ont été maintenues ou légèrement améliorées.
Université de Neurologie, Hôpital Général de Elda, Espagne.
Mallada Frechín J, et al. Dis Manag. 31 Mai 2018.

Science/Animal: L’inhibition de la dégradation des endocannabinoïdes dans les reins augmente la miction
La perfusion d’une substance qui inhibe une enzyme appelée FAAH (acide gras amide hydrolase) responsable de la dégradation de l’endocannabinoïde anandamide dans les reins de souris a augmenté la miction.
Université du Commonwealth de Virginie, États-Unis.
Ahmad A, et al. Am J Physiol Renal Physiol. 30 Mai 2018.

Science/Animal: Le 2-AG améliore la consolidation de la mémoire
Les scientifiques ont testé les effets de l’endocannabinoïde 2-AG (2-arachidonoylglycérol) sur la consolidation de la mémoire chez le rat. Le 2-AG a facilité la consolidation de la mémoire et cet effet a été médié par l’activation du récepteur CB2.
Université Sapienza de Rome, Italie.
Ratano P, et al. Neuropharmacology. 26 Mai 2018.

Science/Cellules: Le THC réduit la viabilité et la motilité des cellules cancéreuses de l’endomètre
Le THC a inhibé la viabilité des cellules cancéreuses endométriales agressives ainsi que leur motilité. Cet effet a été médié par l’inhibition de la transition dite épithéliale mésenchymateuse (EMT) et par la régulation négative de la métalloprotéinase matricielle-9 (MMP-9).
École de Médecine de l’Université de Zhejiang, Chine.
Zhang Y, et al. Oncol Lett. 2018 Jun;15(6):8527-8535.

Science/Animal: Les endocannabinoïdes protègent les cellules nerveuses contre les toxines
Dans une étude avec des rats, des niveaux accrus d’endocannabinoïde anandamide protègent les cellules nerveuses contre les effets toxiques de l’acide quinolinique. Cette substance provoque une suractivation du récepteur NMDA, qui peut participer à l’apparition et au développement de troubles neurologiques.
Institut National de Neurologie et de Neurochirurgie Manuel Velasco Suárez, Mexico, Mexique.
Aguilera-Portillo G, et al. Mol Neurobiol. 25 Mai 2018.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

Bulletin traduit par l’UFCM à partir de la version anglaise du bulletin

2 thoughts on “Bulletin IACM du 21 Juin 2018

  1. Polis Jean-Louis

    Bonjour, Monsieur, Madame, j’aimerais si possible recevoir les dernières informations sur le CBD, un complément alimentaire ou médicament, qui pourrait interdire de prendre soin de sois ? Ou en est on sur les lois du CBD… Je suis en traitement depuis 5ans, j’ai plus besoin de docteurs, c’est illégale ??? Quand va t’on enfin avoir une loi juste ? Merci d’avoir pris le soin de lire et j’espère pouvoir vous lire bientôt, bien à vous, Jean Louis Polis Belgique

    • Jacques UFCM

      Bonjour,
      Tout reste très flou en France. En Europe c’est considéré comme complément alimentaire, je ne sais pas où en est la Belgique. L’automédication n’est pas illégale juste considéré comme dangereuse, mais dans le cas du cannabis il est souvent bien plus sain de se médiquer soi-même alors que c’est illégale. “A quand une loi juste ?” Au plutôt on espère !!
      Bien à vous,
      Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *