Bulletin IACM du 13 Mars 2018

Jacques UFCM Actualités mars 19, 2018

IACM: Le Programme des Ambassadeurs est ouvert aux candidatures

Au nom du Comité du Réseau de l’IACM, nous sommes heureux d’annoncer que le Programme des Ambassadeurs de l’IACM a été relancé. Le but de ce programme est de créer un réseau de représentants à travers le monde, qui d’un côté aiment recevoir le soutien de l’IACM pour leur travail dans leur pays et de l’autre, soutenir les objectifs et les activités de l’IACM. Le Conseil d’Administration de l’IACM aimerait inviter les personnes actives dans ce domaine à postuler pour devenir ambassadeurs.

Les candidatures sont ouvertes aux ambassadeurs professionnels et aux ambassadeurs patients. Les ambassadeurs professionnels peuvent être des scientifiques, des médecins, d’autres fournisseurs de soins de santé ou toute personne dont la profession est activement liée au cannabis ou aux cannabinoïdes en tant que médicaments. Les ambassadeurs des patients peuvent être des patients ou des proches des patients ou des soignants – qui sont actifs dans leur pays à l’appui de l’accès légal aux médicaments cannabinoïdes. Veuillez envoyer un court CV (Curriculum Vitae) à l’IACM (environ une demi-page) qui comprend un résumé de vos activités actuelles et futures dans ce domaine.

Le Comité du Réseau IACM est composé de Milton Raff (Afrique du Sud), Raquel Peyraube (Uruguay), Minoru Arakaki (Japon), Hanka Gabrilova (République tchèque), Ilya Reznik (Israël), Jahan Marcu (USA), Sébastien Béguerie (France), Ethan Russo (États-Unis), Kirsten Müller-Vahl (Allemagne) et Franjo Grotenhermen (Allemagne).

Le réseau IACM et le programme des ambassadeurs sont coordonnés par Yuval Zolotov. Veuillez envoyer votre candidature avec votre court CV à network@cannabis-med.org.

Science/Homme: L’utilisation intensive de cannabis chez les patients infectés par le VIH est associée à une amélioration de la fonction immunitaire

Dans une étude portant sur 198 patients infectés par le VIH et traités par des médicaments antirétroviraux (ARV), l’utilisation intensive de cannabis a été associée à une réduction de l’inflammation systémique et de l’activation immunitaire. C’est le résultat de recherches menées par des scientifiques de l’Université de Washington et d’autres universités à travers les États-Unis. L’étude a étudié l’impact de la consommation de cannabis sur la fréquence des cellules immunitaires dans le sang, leur activation et leur fonction.

Les auteurs ont rapporté qu’ils avaient «constaté que l’usage intensif de cannabis […] chez les individus infectés par le VIH et traités par ARV était associé à des fréquences plus faibles de lymphocytes T CD4 et CD8 activés par rapport aux fréquences de ces cellules chez les non-consommateurs de cannabis. Cette nouvelle découverte est importante étant donné que des niveaux élevés d’activation des lymphocytes T ont été associés à des gains plus faibles de lymphocytes T CD4 après ARV (traitement antirétroviral) et à la mortalité dans cette population.» Ils ont conclu de leur travail que« tandis que les implications cliniques ne sont pas claires, nos résultats suggèrent que l’utilisation de cannabis est associée à une réduction potentiellement bénéfique de l’inflammation systémique et de l’activation immunitaire dans le contexte de l’infection par le VIH traité par antirétroviraux.»

Manuzak JA, Gott TM, Kirkwood JS, Coronado E, Hensley-McBain T, Miller C, Cheu RK, Collier AC, Funderburg NT, Martin JN, Wu MC, Isoherranen N, Hunt PW, Klatt NR. Heavy Cannabis Use Associated With Reduction in Activated and Inflammatory Immune Cell Frequencies in Antiretroviral Therapy-Treated Human Immunodeficiency Virus-Infected Individuals. Clin Infect Dis. 17 Fév 2018.

Science/Homme: Le cannabis est efficace pour soulager les symptômes des patients atteints de cancer

Un groupe de scientifiques israéliens a analysé les données de 2970 patients cancéreux traités avec du cannabis médical entre 2015 et 2017 et a trouvé des effets bénéfiques sur de nombreux symptômes. L’âge moyen était de 59,5 ans et 54,6% étaient des femmes. Environ un quart (26,7%) avaient déjà eu une expérience avec le médicament. Les types de cancer les plus fréquents concernaient le sein (20,7%), les poumons (13,6%), le pancréas (8,1%) et les intestins (7,9%).

Après six mois de suivi, 902 patients sont décédés et 682 ont arrêté le traitement. Parmi les autres, 1211 (60,6%) ont répondu et 95,9% ont signalé une amélioration de leur état de consommation de cannabis, 45 patients (3,7%) n’ont signalé aucun changement et quatre patients (0,3%) ont signalé une détérioration de leur condition médicale. Les principaux symptômes étaient les suivants: problèmes de sommeil (78%), douleur (78%), faiblesse (73%), nausées (65%) et manque d’appétit (49%). Les auteurs ont conclu que le cannabis «en tant que traitement palliatif pour les patients atteints de cancer semble être une option bien tolérée, efficace et sûre pour aider les patients à faire face aux symptômes liés à la malignité».

Bar-Lev Schleider L, Mechoulam R, Lederman V, Hilou M, Lencovsky O, Betzalel O, Shbiro L, Novack V. Prospective analysis of safety and efficacy of medical cannabis in large unselected population of patients with cancer. EUR J Intern Med. 2018;49:37-43.

Science/Homme: Le cannabis peut avoir un effet bénéfique sur les patients atteints de fibromyalgie

Dans une étude portant sur 26 patients atteints de fibromyalgie, traités dans deux hôpitaux d’Israël (l’Hôpital Laniado à Kiryat Sanz et l’Hôpital Nazareth à Nazareth), le cannabis a amélioré leurs symptômes. L’âge moyen était de 37,8 ans et la dose moyenne de cannabis était de 26 g par mois. Tous les participants ont rempli un questionnaire pour l’évaluation de la gravité de la fibromyalgie (Questionnaire de Révision sur l’Impact de la Fibromyalgie).

Après avoir commencé le traitement au cannabis, tous les patients ont rapporté une amélioration significative de tous les paramètres du questionnaire, et 13 patients (50%) ont arrêté de prendre d’autres médicaments pour la fibromyalgie. Huit patients (30%) ont eu des effets indésirables très légers.

Habib G, Artul S. Medical Cannabis for the Treatment of Fibromyalgia. J Clin Rheumatol.14 Fév 2018.

Science/Homme: Selon une étude expérimentale, le cannabis améliore les effets de réduction de la douleur de l’opioïde oxycodone

Selon une étude expérimentale menée auprès d’utilisateurs de cannabis en bonne santé, la combinaison de l’opiacé oxycodone et du cannabis a réduit la douleur en utilisant le test de pression à froid. Les participants ont reçu soit 2,5 ou 5 mg d’oxycodone ou un placebo avec du cannabis fumé avec 5,6% de THC ou pas de THC et ont plongé une main dans de l’eau froide. Des chercheurs de l’Institut Psychiatrique de l’État de New York et du Département de Psychiatrie de l’Université de Columbia (États-Unis) ont mesuré le temps nécessaire pour signaler la douleur (seuil de douleur) et retirer la main de l’eau (tolérance à la douleur).

Seul, 5,0 mg d’oxycodone a augmenté le seuil de la douleur et la tolérance. Bien que le cannabis actif et 2,5 mg d’oxycodone seuls n’aient pas réussi à provoquer une analgésie, combinés, ils ont augmenté le seuil de la douleur et la tolérance. Les auteurs ont conclu que «le cannabis renforce les effets analgésiques du sous-seuil oxycodone, ce qui suggère une synergie.»

Cooper ZD, Bedi G, Ramesh D, Balter R, Comer SD, Haney M. Impact of co-administration of oxycodone and smoked cannabis on analgesia and abuse liability. Neuropsychopharmacology. 5 Fév 2018.

En bref

Science/Homme: La légalisation du cannabis à usage médical aux États-Unis n’a pas augmenté la consommation de cannabis chez les adolescents
Selon une revue de 11 études, qui a examiné la relation entre la mise en œuvre des lois sur le cannabis médical dans de nombreux États des États-Unis et la consommation de cannabis, il n’y avait pas d’augmentation de l’utilisation chez les adolescents.
Département de Psychiatrie, Ordre des Médecins et Chirurgiens, Université de Columbia, New York, États-Unis.
Sarvet AL, et al. Addiction. 22 Fév 2018.

Science/Homme: Selon une méta-analyse, l’utilisation de cannabis est associée à une augmentation non statistiquement significative des accidents de la route
Lors d’une méta-analyse de 24 études sur les effets du cannabis sur les accidents de la route, les auteurs concluent que leur «analyse suggère que l’effet global du CSIC [conduite sous l’influence du cannabis] sur les EDT [événements défavorables de trafic] n’est pas statistiquement significatif. «
Carol Davila Université de Médecine et de Pharmacie, Bucarest, Roumanie.
Hostiuc S, et al. Front Pharmacol. 2018;9:99.

Science/Homme: La morphine réduit la production d’endocannabinoïdes
Lors d’une étude portant sur 42 patients ayant reçu de la morphine par injection intrathécale, en raison d’une intervention chirurgicale, l’opioïde a réduit les taux d’endocannabinoïdes, «ce qui suggère que les analgésiques puissants peuvent réduire le stimulus pour la production d’endocannabinoïdes périphériques».
Université de Stony Brook, New York, États-Unis.
Kaczocha M, et al. BMC Anesthesiol. 2018;18(1):27.

Science/Animal: Les cannabinoïdes préviennent les symptômes de type dépressif après un stress aigu
Dans un modèle de syndrome de stress post-traumatique chez le rat, l’administration de cannabinoïdes ou l’augmentation des taux d’endocannabinoïdes ont empêché les symptômes de type dépressif, y compris l’anxiété.
École de Science du Comportement, Le Collège Académique Tel-Aviv-Yaffo, Israël.
Burstein O, et al. Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry. 2018;84(Pt A):129-139.

Science/Cellules: Le CBD induit la mort cellulaire dans le cancer de l’endomètre
Lors d’expériences cellulaires, le CBD et l’endocannabinoïde anandamide ont réduit la viabilité cellulaire et ont augmenté l’apoptose (mort cellulaire programmée), dans des cellules cancéreuses de l’endomètre, par l’activation du récepteur vanilloïde 1 (TRPV1).
Faculté de Pharmacie, Université de Porto, Portugal.
Fonseca BM, et al. J Physiol Biochem. 1 Fév 2018.

Science/Animal: Les endocannabinoïdes protègent l’estomac contre les blessures induites par l’alcool
L’augmentation des niveaux d’endocannabinoïdes en réduisant leur dégradation a entraîné la protection de l’estomac contre les lésions de la muqueuse induites par l’alcool. Les auteurs ont écrit que leurs «résultats pourraient suggérer que le système endocannabinoïde central peut jouer un rôle dans la défense de la muqueuse gastrique et le maintien de l’intégrité de la muqueuse».
Faculté de Médecine, Université Semmelweis, Budapest, Hongrie.
Tóth VE, et al. Brain Res Bull. 10 Fév 2018.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

Bulletin traduit par l’UFCM à partir de la version anglaise du bulletin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *