Bulletin IACM du 09 Octobre 2018

Jacques UFCM Actualités octobre 10, 2018

Afrique du Sud: La Cour Constitutionnelle autorise l’usage privé de cannabis

La plus haute juridiction d’Afrique du Sud autorise l’utilisation privée du cannabis, confirmant la décision d’une juridiction inférieure qui avait conclu que la criminalisation du cannabis était inconstitutionnelle. Les activistes, parmi lesquels des guérisseurs traditionnels, ont salué la décision avec un tonnerre d’applaudissements.

Plusieurs ministères, y compris les ministères de la Santé et de la Justice, s’opposent à sa légalisation et mettent en garde contre les effets néfastes. Mais dans un jugement unanime lu par le juge en chef adjoint Raymond Zondo, la Cour constitutionnelle a décriminalisé la consommation domestique, affirmant que “la consommation de cannabis doit être destinée à la consommation personnelle de l’adulte”. La décision approuve également la culture de cannabis pour la consommation personnelle.

Reuters du 18 Septembre 2018

Science/Homme: Les toxicomanes ont une plus grande rétention au traitement de substitution aux opioïdes s’ils utilisent du cannabis

Dans une vaste étude sur 820 personnes ayant fait usage de drogues illicites et ayant subi un traitement à base d’agonistes d’opioïdes, la rétention de traitement a été améliorée s’ils utilisaient également du cannabis au moins une fois par jour. Les scientifiques du Centre sur la Toxicomanie de la Colombie-Britannique à Vancouver, au Canada, ont publié ces résultats dans la revue Addiction. Les participants ont commencé un traitement à la méthadone ou à la buprénorphine/naloxone entre décembre 1996 et mai 2016. Le critère de mesure principal était la rétention au traitement, définie comme restant avec le traitement (méthadone ou à base de buprénorphine/naloxone) pendant deux mois consécutifs lors du suivi d’une période de six mois.

Au moins une fois par jour, la consommation de cannabis en plus de la méthadone ou de la buprénorphine était positivement associée à la rétention du traitement par rapport aux non-utilisateurs de cannabis ou à des utilisateurs qui consomment moins que les utilisateurs quotidiens. Les auteurs ont conclu que «parmi les personnes qui utilisent des drogues illicites à Vancouver, pour commencer un traitement aux agonistes opioïdes, au moins une consommation quotidienne de cannabis était associée à une probabilité d’environ 21% plus grande de rétention du traitement par rapport à une consommation inférieure à la consommation quotidienne».

Socías ME, Wood E, Lake S, Nolan S, Fairbairn N, Hayashi K, Shulha HP, Liu S, Kerr T, Milloy MJ. High-intensity cannabis use is associated with retention in opioid agonist treatment: a longitudinal analysis. Addiction. 20 Sep 2018.

Science/Homme: Extrait de cannabis à forte teneur en CBD et à faible teneur en THC, efficace dans l’épilepsie chez l’enfant

Dans une étude portant sur 19 enfants atteints du syndrome de Dravet, un extrait de cannabis produit par la société Tilray contenant 100 mg/ml de CBD et 2 mg/ml de THC réduisait le nombre de crises et améliorait la qualité de vie. L’étude, d’une durée de 20 semaines, a été menée à l’Hospital for Sick Children de Toronto, au Canada. L’extrait de cannabis a été ajouté au traitement standard.

La dose quotidienne moyenne atteinte était de 13,3 mg de CBD/kg (extrêmes: 7 à 16 mg/kg de poids corporel) et de 0,27 mg/kg de THC (extrêmes: 0,14 à 0,32 mg/kg de poids corporel). Les auteurs ont écrit qu’«il y avait une amélioration statistiquement significative de la qualité de vie, une réduction de l’activité des pointes EEG et une réduction médiane des crises motrices de 70,6%».

McCoy B, Wang L, Zak M, Al-Mehmadi S, Kabir N, Alhadid K, McDonald K, Zhang G, Sharma R, Whitney R, Sinopoli K, Snead OC 3rd. A prospective open-label trial of a CBD/THC cannabis oil in dravet syndrome. Ann Clin Transl Neurol. 2018;5(9):1077-1088.

Science/Homme: Le cannabis réduit la douleur chez les patients atteints du syndrome de la chirurgie du dos échoué

Dans une étude portant sur 11 patients souffrant de douleurs après une chirurgie du dos, le cannabis en association avec une stimulation de la moelle épinière (SME) s’est avéré très efficace. Des chercheurs de l’Université de Messine en Italie ont publié leurs résultats dans le Journal of Pain Research. Tous les patients ont reçu un traitement avec SME et une combinaison de THC/CBD pendant 12 mois.

Une prise en charge efficace de la douleur par rapport aux valeurs initiales a été obtenue dans tous les cas étudiés. L’effet positif du cannabis sur les douleurs réfractaires s’est maintenu pendant toute la durée du traitement avec un titrage de la posologie minimale. La perception de la douleur, évaluée à l’aide d’une échelle d’évaluation numérique, a diminué d’une valeur moyenne initiale de 8,2 à 4,7 à la fin de l’étude. Les auteurs ont écrit que ces résultats indiquent «des capacités remarquables» du cannabis pour le traitement de la douleur réfractaire chronique chez ce groupe de patients.

Mondello E, Quattrone D, Cardia L, Bova G, Mallamace R, Barbagallo AA, Mondello C, Mannucci C, Di Pietro M, Arcoraci V, Calapai G. Cannabinoids and spinal cord stimulation for the treatment of failed back surgery syndrome refractory pain. J Pain Res. 2018;11:1761-1767.

Science/Homme: Aucune différence sur la réduction de l’appétit entre le THC, le mégestrol et la mirtazapine

Lors d’une étude rétrospective de 38 patients hospitalisés ayant un appétit réduit, il n’y avait aucune différence entre le THC, le mégestrol et la mirtazapine quant à la modification de la prise de repas ou du poids. Elle a été menée par des scientifiques du System College of Pharmacy de l’Université de North Texas, aux États-Unis.

La mirtazapine était la plus utilisée (42%). Il n’y avait pas de différence significative entre les groupes de médicaments stimulant l’appétit en ce qui concerne le changement moyen d’absorption de repas, le poids, l’albumine ou l’amélioration documentée de l’alimentation. Au sein des groupes, chaque agent a présenté une amélioration numérique du pourcentage de consommation de repas, avec un changement moyen de 17% entre l’initiation et l’arrêt. Près de la moitié (48%) des patients ont connu une amélioration de leur régime alimentaire après le début du traitement. Aucun effet indésirable grave n’a été observé.

Howard ML, Hossaini R, Tolar C, Gaviola ML. Efficacy and Safety of Appetite-Stimulating Medications in the Inpatient Setting. Ann Pharmacother. 2018 Sep 19:1060028018802816.

En bref

Science/Homme: Le soulagement de la douleur par le cannabis peut être mieux décrit par les termes “Rétablissement de soi”
Lors d’une étude portant sur 19 patients traités au cannabis contre la douleur, les entretiens ont révélé 3 thèmes: le Soupir de Soulagement, le Retour à la Normalité et les Effets secondaires. Les auteurs ont proposé «le terme Rétablissement de soi pour conceptualiser l’effet du cannabis médical. Le Soi Restauré est l’expérience de retrouver son sens de soi, son sens de la normalité et son sens du contrôle sur sa vie. ”
Centre de Recherche Siaal pour la Médecine familiale et les Soins primaires, Beer-Sheva, Israël.
Lavie-Ajayi M, et al. Pain Med. 12 Sep 2018.

Etats-Unis: Un extrait de CBD transféré à la classification la plus basse des lois sur les stupéfiants
L’Epidiolex, un extrait de CBD fabriqué par GW Pharmaceuticals, a été transféré à l’annexe V, la classification relative à la restriction la plus basse, par la législation américaine en matière de stupéfiants. L’Epidiolex a été approuvé par l’agence médicale américaine FDA le 25 juin 2018 pour le traitement de certaines formes d’épilepsie.
Communiqué de presse de GW Pharmaceuticals du 27 Septembre 2018

Science/Animal: Le CBD réduit la motivation à consommer de la méthamphétamine
Lors d’une étude portant sur des rats dépendants de la méthamphétamine, l’administration de CBD a réduit la motivation d’auto-administration de méthamphétamine et a atténué la rechute à un comportement de recherche de méthamphétamine. Les auteurs ont écrit que «le cannabidiol pourrait valoir la peine d’être essayé en tant que nouvelle pharmacothérapie pour la dépendance à la méthamphétamine».
Département de Psychologie, Université Macquarie, North Ryde, Australie.
Hay GL, et al. J Psychopharmacol. 27 Sep 2018

Science: Le traitement du cancer du sein peut être amélioré par l’activation du récepteur CB2
Un traitement combiné du cancer du sein triple négatif, qui est la forme de cancer du sein la plus meurtrière, avec une thérapie photodynamique et un cannabinoïde, qui active le récepteur CB2, a entraîné une inhibition synergique de ces cellules cancéreuses et la croissance tumorale. Les auteurs ont écrit que “cette étude fournit de nouvelles preuves sur le potentiel thérapeutique des agonistes de CB2R pour le cancer”.
Département de Radiologie, Henan, Chine.
Zhang J, et al. Photodiagnosis Photodyn Ther. 18 Sep 2018.

Science/Homme: Les lois américaines sur le cannabis médical ne sont pas associées à la criminalité
Les chercheurs n’ont constaté aucune influence de la légalisation du cannabis à des fins médicales aux États-Unis sur les crimes violents ou les crimes contre les biens commis au niveau national. Il n’y a pas eu non plus d’effets importants dans les différents États, sauf une réduction de 20% des crimes violents et des crimes contre la propriété en Californie.
Université Victoria de Wellington, Nouvelle-Zélande.
Luke Chu Y-W, Townsend W. J Econ Behav Org. 2018 Jul 29

Science/Animal: Le CBDA a des effets de réduction de la douleur dans la douleur neuropathique
Lors d’une étude chez le rat, le CBDA (acide cannabidiolique) et le THC ont montré des effets anti-hyperalgésiques et les deux cannabinoïdes ont agi de manière synergique. Les auteurs ont écrit que «le CBDA ou le THC seul, ainsi que de très faibles doses combinées de CBDA et de THC, ont des effets anti-inflammatoires et anti-hyperalgésiques dans ce modèle animal d’inflammation aiguë». L’hyperalgésie signifie une sensibilité accrue à la douleur.
Département de Psychologie et Programme de Neurosciences collaboratives, Université de Guelph, Canada.
Rock EM, et al. Psychopharmacology (Berl). 17 Sep 2018.

Science/Animal: Nouveau mécanisme d’action du CBD
Lors de plusieurs études sur des animaux, les chercheurs ont découvert que le CBD pouvait bloquer le récepteur sigma-1. Ce blocage peut avoir un effet positif sur les maladies neurodégénératives chroniques, notamment les accidents vasculaires cérébraux, l’épilepsie, les troubles neuropsychiatriques, les douleurs neuropathiques et certains types de cancer.
Département de Neuroscience Translationnelle, Institut Cajal, Madrid, Espagne.
Rodríguez-Muñoz M, et al. Mol Brain. 2018;11(1):51.

Science/Cellules: Un autre nouveau mécanisme d’action du CBD
Les chercheurs ont étudié les mécanismes d’action possibles du CBD dans certaines cellules rénales et nerveuses. Ils ont constaté que «le mode d’action du CBD implique probablement (1) un partitionnement des composants de la membrane lipidique, affecte la fluidité membranaire et affecte le gating et (2) les interactions directes indéterminées avec les canaux sodium et potassium dont les effets combinés sont une perte d’excitabilité des canaux.
Xenon Pharmaceuticals Inc, Canada.
Ghovanloo MR, et al. J Biol Chem. 14 Sep 2018.

Science/Animal: Les cannabinoïdes pourraient être efficaces dans le traitement du cancer de la prostate
Un cannabinoïde synthétique a montré des effets anticancéreux chez la souris en réduisant la croissance du cancer et en induisant l’apoptose (mort cellulaire programmée). Cet effet a été médié par le récepteur CB2.
Département de Chirurgie, Centre des Sciences de la Santé Sunnybrook, Toronto, Canada.
Roberto D, et al. Prostate. 21 Sep 2018.

Science/Homme: Les étudiants atteints de TDAH sont plus susceptibles de consommer du cannabis
Lors d’une étude portant sur 1748 étudiants âgés de 18 à 25 ans, ceux avec un diagnostic de TDAH (Trouble du Déficit de l’Attention avec Hyperactivité) étaient plus susceptibles d’avoir consommé de l’alcool fréquemment, d’être des consommateurs réguliers de cannabis et d’avoir utilisé d’autres drogues au cours de la dernière année.
Département de Psychologie, Université East Carolina, États-Unis.
Mochrie KD, et al. J Am Coll Health. 2018:1-5.

Science/Animal: Les endocannabinoïdes peuvent être utiles contre un apport réduit de sang lors de l’accouchement
L’oléyléthanolamide (OEA) et le palmitoyléthanolamide (PEA), des endocannabinoïdes, ont réduit les conséquences négatives d’une diminution de l’apport sanguin au moment de la naissance chez les rats nouveau-nés. Cela a été causé par des effets neuroprotecteurs sur les cellules nerveuses du cerveau.
Département de Psychologie expérimentale, Faculté de Psychologie, Séville, Espagne.
Portavella M, et al. Cannabis Cannabinoid Res. 2018;3(1):171-178.

Science/Animal: Les endocannabinoïdes peuvent être utiles dans le traitement du stress post-traumatique
L’augmentation des taux d’endocannabinoïdes, en réduisant leur dégradation chez les rats stressés, a provoqué des effets proches à ceux des anxiolytiques. Les auteurs ont écrit que “la signalisation induite par l’anandamide au niveau des récepteurs CB1 remplit une fonction régulatrice importante dans la réponse au stress” et que l’inhibition de la dégradation des endocannabinoïdes “pourrait offrir une stratégie thérapeutique potentielle pour le trouble de stress post-traumatique”.
Université de Californie, Irvine, États-Unis.
Danandeh A, et al. Psychopharmacology (Berl). 24 Sep 2018.

Science/Homme: Les taux d’endocannabinoïdes chez les patients obèses étaient réduits après une chirurgie contre l’obésité
Lors d’une étude portant sur 65 patients obèses ayant subi une intervention chirurgicale pour enlever une partie de leur estomac, les taux d’endocannabinoïdes en circulation (2-AG, anandamide) ont été réduits. Ceci était associé à une réduction de la masse graisseuse et à une amélioration des profils de glucose et de lipides.
Université Hébraïque de Jérusalem, Israël.
Azar S, et al. Obes Surg. 22 Sep 2018.

Science/Animal: Le CBD peut inhiber les effets du THC sur la douleur
Lors d’une étude portant sur des rats recevant soit un extrait de cannabis contenant du THC et du CBD, soit du THC seul, l’administration répétée a eu pour effet de réduire l’effet de soulagement de la douleur du THC par le CBD. Les auteurs ont écrit que cet effet «peut être dû à une inhibition du métabolisme du THC induite par le CBD et/ou à un antagonisme des effets du THC qui se dégage d’un traitement répété au CBD».
Département de Psychologie, Université d’État de Washington, Pullman, États-Unis.
Greene NZ, et al. Psychopharmacology (Berl). 20 Sep 2018.

Un coup d’œil sur le passé

Il y a un an

Il y a deux ans

Bulletin traduit par l’UFCM à partir de la version anglaise du bulletin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *